Journée d’étude Régnier — Université du Maine, 24 mars 2017

 

 

Henri de Régnier (1864-1936), disciple de Heredia et de Mallarmé, n’a pas été oublié comme poète. Son œuvre de romancier, en revanche, a longtemps été négligée. Cette journée d’étude propose de l’aborder en partant  des jeux avec l’histoire qui fascinèrent Régnier. À la fois opposés et complémentaires, les deux romans retenus témoignent de la virtuosité de Régnier dans la pratique du récit romanesque ainsi que de sa curiosité active pour l’art et la littérature des siècles classiques dont il était un excellent connaisseur.

La Double maîtresse (1900) est le premier roman de Régnier; il y inaugure les procédés auxquels il aimera revenir: une thématique historique et libertine parfois osée, doublée d’une brillante pratique du pastiche de la langue classique.

Avec Le Passé vivant (1905) Régnier peint des personnages contemporains envahis par la nostalgie de l’histoire du xviiisiècle qui peut les conduire à la folie et à la mort.

 

Intervenants (titres non définitifs)

Pierre Lachasse : « L’Homme de marbre ». (Sur la fin de La Double Maîtresse et « La Femme de marbre »)

Silvia Rovera : Sur les rapports de Régnier avec la peinture italienne du xviiisiècle siècle dans Le Passé vivant : Longhi, Canaletto et Tiepolo

Frank Javourez  : Sur l’érotisme de Régnier dans La Double Maîtresse

Adeline Leguy : Sur Casanova dans Le Passé vivant

Élodie Dufour : Henri de Régnier « post-classique » ? Approche stylistique de La Double Maîtresse et  du Passé vivant

Bertrand Vibert : Entre  passé vivant et passé mortifère : éléments d’une poétique

Adrien Frenay : Sur la modernité dans le Passé vivant


Vous aimerez aussi...