Appel à contributions Féeries – Études sur le conte merveilleux (XVIIe – XIXe siècle), n° 15 (2018) : L’univers sensible des contes

Appel à contributions

Féeries – Études sur le conte merveilleux (XVIIe – XIXe siècle), n° 15 (2018) : L’univers sensible des contes

Le numéro 15 de la revue Féeries propose d’explorer l’univers sensible des contes merveilleux du XVIIe au XIXe siècle.

Que le conte merveilleux, genre moderne né au tournant du XVIIe siècle, participe à l’émergence de nouveaux savoirs, à la circulation des idées philosophiques comme à la transmission des découvertes scientifiques n’est plus à démontrer. Le conte, précisément parce qu’il est le lieu de la fiction par excellence, du fabuleux, est à la fois un observatoire et un lieu d’expérimentation des théories et idées nouvelles1. L’univers sensible du conte se nourrit des nouveaux discours et savoirs, sensualistes, matérialistes, naturalistes, médicaux qui, littéralement, prennent corps dans la fiction fabuleuse ou sont mis en question sans limite aucune (que l’on pense, par exemple, à la théorie de la génération). En outre, l’acuité de la Querelle des Anciens et des Modernes suggère la dimension idéologique du débat qui entoure l’invention d’un merveilleux « non allégorique » : serait-ce parce qu’il souligne ce que la pensée doit aux sens, voire parce qu’il pourrait laisser entendre que la pensée est un ornement secondaire à la sensation, que le sensualisme des contes suscite tant de réactions ? En effet, si le conte littéraire s’est d’emblée écrit sur un mode très souvent distancié et, comme l’a étudié Jean-Paul Sermain, métafictionnel, il a très largement pris en charge le discours critique dirigé contre le merveilleux, au sein même du genre dont il prenait le nom ; or la critique des superstitions, dès le XVIe siècle et probablement déjà au Moyen Âge, s’appuie sur la vérification sensible des expériences, recherchant dans la fiabilité des sens un recours contre les séductions du symbole, de la croyance et du fantasme. L’attirance des conteurs des XVIIe et XVIIIe siècles pour les motifs situés en lisière du merveilleux, grâce auxquels ils pouvaient interroger les limites de la nature (différence entre l’animal et le végétal, entre le minéral et les règnes du vivant, entre le monstrueux et le naturel), souligne l’enjeu de l’épreuve des sens dans le conte.

De fait, le conte littéraire hérite d’un matériau archaïque profondément « naturaliste » dont la richesse en termes d’imagination matérielle mériterait l’attention qui lui a été portée pour d’autres genres, comme la poésie. Pour les anthropologues et les folkloristes, il est bien connu que la performance même du conteur prolonge l’action sur les sens qu’induisent à la fois l’inspiration du conte et l’oralité (réelle puis imitée) de son énonciation et de son écriture. Dans cette voie, nous pourrions nous demander si la portée symbolique des événements sensibles rapportés par le conte réduit leur sensorialité à n’en être que le support et le véhicule, ou si l’on peut y chercher des traces d’une relation spécifique aux sens et à la nature. Il s’agit en effet non seulement de provoquer des émotions et de solliciter la sensibilité, mais aussi de dramatiser notre rapport au monde.

C’est ainsi au croisement, parfois, des traditions savantes et orales que la sensorialité du conte pourrait s’affirmer comme une constante générique.

Voir détail de l’appel en pièce jointe : Appel Féeries 15 – univers sensible des contes

Les propositions sont à envoyer conjointement à Christelle BAHIER-PORTE (christelle.porte@univ- st-etienne.fr) et à Emmanuelle SEMPERE (sempere@unistra.fr) avant le 1er juin 2017. Les articles devront être remis au plus tard le 15 décembre 2017.


Vous aimerez aussi...