Philippe HAMON : PUISQUE REALISME IL Y A

69156

Philippe HAMON : PUISQUE REALISME IL Y A

Editions de La Baconnière, Genève, juin 2015, collection « Langages ».

Date de parution : 23/05/2015 Editeur : Baconnière (La) ISBN : 978-2-940431-34-2 EAN : 9782940431342. (351 p.).

 

Recueil d’articles­­—revus et augmentés pour la présente édition— parus entre 1993 et 2014 dans diverses revues et actes de colloques.

La question qui traverse ce recueil est celle de l’éventuelle existence d’une écriture réaliste qui, par delà les différences des divers écrivains qui se réclament de cette esthétique, possèderait sa rhétorique, sa stylistique, sa thématique ou sa « poétique insciente » (selon une formule de Flaubert) propres.

 « Puisque réalisme il y a » est le titre que Baudelaire songeait en 1855 à donner à un article sur Courbet qu’il n’a jamais publié. En 1857 Champfleury écrivait dans son essai  Le Réalisme qu’il souhaitait «  chercher les causes et les moyens qui donnent les apparences de la réalité aux œuvres d’art ». A peu près à la même époque Flaubert parlait des nombreuses « ruses » subtiles que l’écrivain devait inventer pour faire vrai. Son fils spirituel Maupassant, lui, revendiquait pour l’écrivain réaliste l’étiquette, plus juste à ses yeux, d’ « illusionniste ». Et Valéry indiquait, de son côté, un peu plus tard, que le « désir de réalisme » impliquait une « gymnastique » spécifique d’une certaine écriture. Le réalisme, variété donc d’un discours de manipulation. Un « faire croire ».

Écrire le réel ne va pas de soi, la mimesis est une construction, et l’ « effet de réel » (R.Barthes) doit donc se fabriquer. Décrire les corps au travail, mettre en listes le réel, faire défiler le réel, peindre le dessus et le dessous, collectionner les reliques du réel, traquer le réel dans ses vibrations les plus intimes, dire le faux pour dire le vrai, voir le langage, mettre des détails, être sérieux, tels sont les motifs, déductibles de ce désir de réalisme, qui seront ici étudiés dans leurs conséquences dans l’écriture, dans la « gymnastique » et dans les multiples « ruses » de leurs mises en textes et en œuvres.

 

TABLE DES MATIERES

Introduction : Le vrai et le faux

Chapitre I : Ecrire le réel

Chapitre II : Voir le réel

Chapitre III : Misère de la mimesis

Chapitre IV : Ecrire les passions

Chapitre V : Vibrations

Chapitre VI : Mettre en listes

Chapitre VII : Défiler

Chapitre VIII : Le corps au travail

Chapitre IX : Exposer les reliques

Chapitre X : Poésie et réalisme

Chapitre XI : Balzac, l’ironie et le calembour

Chapitre XII : De l’allusion en régime naturaliste


Vous aimerez aussi...