Labiche à la Comédie française

« Avec ses portes qui s’ouvrent pour en fermer d’autres et ses armoires qui ne se ferment que pour s’ouvrir une fois l’époux parti, le vaudeville, tout en posant d’abord l’ordre civilisé, tend à lui substituer un désordre qui, sans trop rien casser, n’en atteste pas moins une fort désireuse hantise de secousses. » Jacques Audiberti, Préface à l’Effet Glapion, Paris, Gallimard, 1959.

Malgré ses succès incontestables sur les scènes du Gymnase, du Vaudeville ou du Palais-Royal, cela faisait longtemps qu’Eugène Labiche rêvait de voir son nom sur les prestigieuses affiches du Théâtre-Français. Au début des années 1860, fécondes en chefs-d’œuvre, l’administrateur Edouard Thierry lui fait savoir qu’il ne serait pas opposé à l’entrée au répertoire d’une de ses pièces. Avec son vieux complice Edouard Martin, Labiche s’attelle à ce qu’il considère comme une pièce digne de l’institution à laquelle elle est destinée. Moi !, comédie en 3 actes, ne sera pourtant reçue qu’en 1863, après avoir subi de nombreux élagages et même, in fine, quelques modifications dues à la plume experte et mesurée du sociétaire Philoclès Regnier, metteur en scène et protagoniste de la pièce. Honnête succès (42 représentations dans la première année, suivies de 2 en 1866) qui ne répond pas vraiment aux espérances de l’auteur. Reprise en 1930 dans une mise en scène de Charles Granval, également interprète de Dutrécy, la pièce n’a réellement repris toute son efficacité qu’en 1996, lorsque, à l’instigation du metteur en scène Jean-Louis Benoit, le manuscrit original et autographe, pieusement conservé dans les Collections de la Bibliothèque-Musée, a été sollicité. Une fois rétablie une partie du texte si durement sanctionné jadis, le public a pu goûter dans sa perfection la noirceur ingénue de l’incomparable duo d’égoïstes interprétés par Jacques Sereys et Yves Gasc. Labiche et Martin, dans la foulée, proposent en 1866, une seconde comédie, les Fourmis. La lecture se révèle négative, au grand dam de Labiche, désormais privé de son collaborateur, qui meurt prématurément la même année. Ce n’est que dix ans plus tard, sous le mandat d’Emile Perrin, que la Cigale chez les fourmis, largement remaniée par Ernest Legouvé, collaborateur habituel de Scribe, fait son entrée au répertoire. Il faut dire que Perrin, habile à flairer le succès, a pris dès 1872 une option sur le Voyage de Monsieur Perrichon, sans cependant passer à la représentation. Labiche, déçu, a beau lui écrire : « J’ose encore espérer qu’un jour ma pièce sera jouée sur la scène du Théâtre-Français, j’aurais désiré qu’elle le fût de mon vivant, il paraît que je suis trop pressé. » Il faudra en effet attendre 1906, dix-huit ans après la mort de l’auteur. Labiche a déjà disparu – il meurt en 1888 – lorsque les Petits oiseaux (1890), puis Célimare le bien-aimé (1898) entrent au répertoire. La Grammaire, petit chef-d’œuvre en 1 acte, est jouée pour la représentation de retraite de Blanche Barretta en 1902, et n’est reprise que deux fois dans les semaines qui suivent. C’est Coquelin cadet qui, en 1906, joue l’ineffable Perrichon. Dès 1909, le rôle est interprété par Maurice de Féraudy, avec finesse et subtilité. Pendant plus de quinze ans il visitera la mer de glace, en alternance, à partir de 1922 , avec Jean Croué et Lafon. La grande nouveauté de mise en scène, en 1929, est que l’on s’avise enfin qu’il faut replacer M. Perrichon dans son contexte historique et le vêtir Second Empire. Charles Bétout se charge de rhabiller tout ce petit monde d’habits cossus et de crinolines qu’ils ne quitteront plus. Le Voyage de Monsieur Perrichon est la pièce de Labiche représentée le plus grand nombre de fois à la Comédie-Française : les mises en scène, les décorateurs et les interprètes se succèdent de vingt en vingt ans : Jean Meyer, Dignimont et Denis d’Inès (remplaçant Raimu, indisponible, bientôt relayé par Louis Seigner) en 1946, Jacques Charon, André Levasseur et Louis Seigner en 1966, Jean Le Poulain, Jean-Denis Malclès et Le Poulain lui-même en 1982. Les musiques arrangées par André Jolivet, Olivier Bernard et Michel Frantz ponctuent le ballet des personnages. Tandis que voyage toujours Perrichon, il faut attendre 1938, soit trente-deux ans plus tard, pour faire entrer au répertoire un autre chef-d’œuvre, Un chapeau de paille d’Italie. Cette fois c’est Gaston Baty, l’un des maîtres du Cartel, qui dirige le « cauchemar gai » orchestré par Labiche et son complice en vaudevilles Marc-Michel. Le peintre Louis Touchagues met en couleurs acides les marionnettes humaines lancées à la poursuite du fameux chapeau, sur un rythme effréné soutenu par la musique d’André Cadou. Mise en scène « de répertoire », la farandole imaginée par Gaston Baty sera menée jusqu’en 1958 par Pierre Bertin, (Fadinard), puis Jacques Charon, et André Brunot (Nonancourt), Louis Seigner, Maurice Porterat. En 1986, dans un registre plus cauchemardesque encore, Bruno Bayen dirige Philippe Fretun (Fadinard), Michel Aumont (Nonancourt), Denise Gence (la baronne de Champigny) et les autres dans les méandres d’un décor labyrinthique de Michel Millecamps, sur une musique guillerette de Jean-Marie Senia. En 1940, André Brunot met en scène une des rares comédies écrites par Labiche seul, petit bijou de rosserie conjugale, jusqu’à l’absurde. 29° à l’ombre. Sacha Guitry cisèle quelques couplets sur une musique de Louis Beydts, et l’on est obligé de débaptiser un des personnages, désigné par l’expression – qui fait mouche ! : « l’ignoble Adolphe ». En 1969, Jean Piat remet la comédie en scène, avec Jacques Charon dans le rôle de Pomadour, entouré de Paul-Emile Deiber, René Camoin, Bernard Dhéran et Yvonne Gaudeau. En 1941, Jean Meyer, dans la lignée de Gaston Baty, monte la Poudre aux yeux, satire efficace des bons bourgeois vaniteux mais sans méchanceté, qui sont la cible préférée de Labiche. Reprise en 1958 dans la même mise en scène, elle connaît deux nouvelles présentations, l’une en 1975, en même temps que le Plus heureux des trois, sous la houlette de Jacques Charon, qui disparaît prématurément quelques jours après la Première, et l’autre en 1987, dirigée par Pierre Mondy, prétexte au réjouissant affrontement des couples Roland Bertin/ Françoise Seigner et Yves Gasc/Bérengère Dautun. En 1958, nouvelle entrée au répertoire. Jean Meyer met en scène, dans une « débauche de couleurs fondantes et d’étoffes chatoyantes » (G. Lerminier, le Parisien libéré, 13 novembre 1958), due au très parisien Dignimont, les Trente millions de Gladiator, renouant avec une tradition clinquante, proche de l’opéra-bouffe. Si la partition de la pièce devait à l’origine être composée par Offenbach, – une occasion manquée-, la baguette d’Olivier Bernard fait jaillir des adaptations d’airs des compositeurs contemporains de Labiche, de Delibes à Bizet, de Planquette à Puccini. La chorégraphie, de Léone Mail, permet aux « jeunes turcs » de la troupe, Robert Manuel, Robert Hirsch, Jacques Charon, Micheline Boudet, Marie Sabouret, de se livrer à la fantaisie la plus débridée. En revanche, l’année suivante, lorsque Jacques Charon met en scène Un jeune homme pressé, il le monte à l’économie, en finesse, en supprimant les couplets, confrontant les dons comiques de Jean-Paul Roussillon (relayé par Alain Pralon) et de Jacques Sereys, bientôt remplacé par Michel Aumont. En 1972, Jean-Laurent Cochet fait coup double, avec un spectacle composé de la Station Champbaudet et de La Fille bien gardée. Délicieux couplets de Françoise Dorin, sur une musique de Guy Bontempelli, et mise en scène au pas de charge, dans les décors à transformation et les joyeux costumes de Jacques Marillier. La troupe, menée par Yvonne Gaudeau, Francis Huster, Paule Noëlle, Michel Duchaussoy, et, dans un numéro réjouissant de vieux garçon à marier, Georges Chamarat, s’en donne à cœur joie dans la première pièce, tandis que Jean-Paul Roussillon, Virginie Pradal, et Simon Eine encanaillent la jeune Marie-Véronique Maurin, laissée à leurs soins par la trop évaporée comtesse Hélène Perdrière. Jean-Laurent Cochet récidive à l’Odéon cinq ans plus tard, avec Doit-on le dire ?, couplets de Jean Marsan sur des musiques arrangées par François Rauber, décor de Monloup, costumes de Rosine Delamare. Jacques Sereys , étourdissant Muserolle, ne recule devant aucun effet, entouré brillamment de Françoise Seigner, Jacques Eyser, Claude Giraud, Guy Michel et Paule Noëlle. La morale bourgeoise y est égratignée dans la jubilation. Plus grinçante est la mise en scène établie par Jean-Michel Ribes en 1988 pour la Cagnotte, autre exemple de course-poursuite dans un Paris dévasté par les grands travaux d’Haussman (la scène se passe en 1864). Autour de Catherine Samie, Léonida hyperbolique, s’agitent les petits bourgeois campagnards incarnés jusqu’à la caricature par Jean-Luc Bideau, Yves Gasc, Jean-François Rémi, Philippe Khorsand, les jeunes gens, sous les traits de Véronique Vella, Jean-Philippe Puymartin et François Barbin, sans compter Dominique Rozan, Béchut, commissaire teigneux plus vrai que nature, et Guy Michel en tenancier d’agence matrimoniale d’un goût douteux, le tout sur une musique endiablée de Michel Frantz. Dernière pièce entrée au répertoire de la Comédie-Française, en 1993, sans doute l’une des plus singulières de l’auteur, le Prix Martin, dans une mise en scène poético-surréaliste de Jiri Menzel, proche de la bande dessinée. Nicolas Silberg (Ferdinand Martin), mari placide, Alain Pralon (Agénor Dugommier), amant blasé et Simon Eine (Hernandez Martinez), fougueux rastaquouère, vivent avec la belle Loïsa (Dominique Constanza) une intrigue marquée par l’adultère et la vengeance. De Paris aux alpages de la Handeck, de noirs desseins en résolutions vertueuses, les couples se font et se défont pour n’en laisser qu’un seul : le mari et l’amant, attachés par une indéfectible amitié…
Les représentations des pièces de Labiche à la Comédie-Française atteignent le total de 2090, presque au même niveau que Shakespeare dans la liste des auteurs le plus souvent représentés. À chaque nouvelle œuvre qui s’ajoute, on ne peut que conclure avec son ami Alphonse Leveaux (son collaborateur sous le nom de Jolly) : « Tu as l’insigne honneur d’être l’arrière-cousin, pourquoi ne pas dire l’arrière-neveu, de Molière, et quand tu entres dans sa maison, ce n’est pas un étranger, c’est un membre de la famille qu’on y reçoit. »

Le Voyage de Monsieur Perrichon a été repris au Vieux-Colombier, dans une mise en scène de Julie Brochen (19 novembre 2008). Le 17 novembre 2004, au même Vieux-Colombier, les spectateurs avaient découvert une pièce peu connue, Le Mystère de la rue Rousselet, un acte d’Eugène Labuche et Marc-Michel, dans une mise en scène de Thierry de Peretti. Le 12 janvier 2015, Jean-Pierre Vincent a intelligemment mis en scène, au ras d’un texte aux allures surréalistes, La Dame aux jambes d’azur, au Studio-théâtre, dans un décor de Jean-Paul Chambas et des costumes de Patrice Cauchetier.
D’autres pièces et des reprises ont eu lieu, mais aucune entrée réelle au répertoire de la salle Richelieu. La seule grande reprise, très réussie, a été celle d’Un chapeau de paille d’Italie, dans la mise en scène survoltée de Giorgio Barberio Corsetti, dont les premières représentations ont été données au Théâtre éphémère en 2012, et repris en 2014 à la salle Richelieu. Dans un contexte qui devait plus aux années 1950 qu’au Second empire, la troupe, menée tambour battant par le jeune Pierre Niney et l’inénarrable Christian Hecq, virevoltait dans un décor suggestif. Reprise prévue à l’été 2016 !

Jacqueline Razgonnikoff

Vice-Présidente des Amis d’Alexandre Dumas
(article mis à jour en octobre 2015)


Vous aimerez aussi...