Le cent cinquantenaire Henri de Régnier en 2014 — par Bertrand Vibert

Portrait d’Henri de Régnier, Album Mariani, Henri Floury éd., Paris, Ernest Flammarion, coll. « Figures contemporaines » , vol. IV, 1999


Henri de Régnier

Honfleur, 28 décembre 1864 – Paris, 23 mai 1936

Le poète et académicien Henri de Régnier, homme au monocle et aux moustaches à la gauloise, personnage considérable en son temps dans le monde des lettres et homme du monde tout court, semble devenu aujourd’hui un écrivain et poète mineur. Il semblait pourtant né sous la plus favorable étoile littéraire. Disciple élu de Mallarmé à l’âge de vint-six ans, il a d’abord fréquenté les maîtres parnassiens et symbolistes : Leconte de Lisle, Verlaine ou Heredia dont il fut le gendre. À son tour, il fut célébré par la jeunesse symboliste – dans laquelle on comptait alors Louÿs, Gide et Valéry : autant dire une avant-garde dans les années 1880-1890 dont il était considéré comme un des chefs de file. Étrange destin que celui d’un écrivain très tôt reconnu et aussitôt mort qu’oublié. Moderne à sa manière, il était hanté par le passé, qu’il fait revivre dans les mythes du paganisme antique et les costumes de l’âge classique.

Tels poèmes conservés par la tradition scolaire, comme « Un petit roseau m’a suffi », ont contribué à la réputation d’un poète délicat mais suranné. De fait, Régnier est resté étranger au modernisme d’Apollinaire et à la révolution surréaliste. Le roseau doit-il pour autant rester inaudible ? Car l’œuvre est beaucoup plus riche et variée qu’il n’y paraît, et l’auteur de La Canne de jaspe (1897) et de La Double Maîtresse (1900) fut un temps adulé par un certain Marcel Proust. Régnier est aussi l’auteur de nombreux recueils narratifs qui comptent des chefs d’œuvre, comme Histoires incertaines en 1919. Et dans ses seize romans, dont La Pécheresse (1920), la verve comique et l’art du portrait le disputent à une vision désenchantée du monde.

Régnier enfin est diariste, épistolier, critique, essayiste et auteur de récits de voyage (surtout à Venise). Depuis 2007, son œuvre est entrée dans le domaine public. Il s’agit à présent d’en prendre la mesure et de la relire.

Bertrand Vibert

Univ. Grenoble Alpes, F-38040, Grenoble

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search