Le cent cinquantenaire Lautréamont — par Kevin Saliou

Il y a cent-cinquante ans, le 24 novembre 1870, le poète Isidore Ducasse était retrouvé mort dans son domicile parisien de la rue du Faubourg-Montmartre. Âgé de seulement vingt-quatre ans, il laissait derrière lui une œuvre brève et probablement inachevée qui n’avait guère réussi à trouver son public dans le Paris de la fin du Second Empire. Jugés trop sulfureux par l’éditeur de Victor Hugo, Albert Lacroix, Les Chants de Maldoror, publiés sous le pseudonyme du comte de Lautréamont, n’avaient pas été mis en vente et les négociations avec Auguste Poulet-Malassis pour les écouler à Bruxelles sous le manteau n’avaient pas abouti. Quant aux deux fascicules des Poésies, publication permanente constituée de maximes et de plagiats des moralistes classiques, ils n’avaient probablement récolté que l’incompréhension de leurs très rares lecteurs.

On connaît désormais assez bien le chemin parcouru par ces livres, jusqu’à rejaillir à la lumière du jour entre les mains des surréalistes. À Bruxelles, le stock racheté à Albert Lacroix fut présenté à Max Waller et aux membres de La Jeune Belgique, qui s’empressèrent de le diffuser, y compris à leurs correspondants français, parmi lesquels Péladan, Huysmans et Léon Bloy. Ce dernier consacra un chapitre de son roman Le Désespéré au « monstre de livre » qu’il voyait comme l’un des signes annonciateurs de l’Apocalypse des temps modernes. Dans un article intitulé « Le Cabanon de Prométhée » et paru dans La Plume en septembre 1890, le pamphlétaire catholique se prit à inventer la vie du poète maudit qui avait écrit des strophes aussi terribles. Dans ce récit apocryphe, une image allait faire fortune : celle d’un poète mort fou, condamné pour son orgueil à l’incohérence verbale.

Tous les auteurs de la fin du siècle n’adhérèrent cependant pas à cette fable. L’éditeur Léon Genonceaux, qui réalisa, à peu près en même temps que Le Reliquaire d’Arthur Rimbaud, une réédition des Chants de Maldoror, donna dans sa préface une enquête très documentée dont l’objectif était de tordre le cou à ce mythe naissant. De même, les efforts du Mercure de France, et en particulier de son critique Remy de Gourmont, visèrent essentiellement à recentrer le débat sur la beauté fulgurante du texte. Gourmont porta à la connaissance du public les Poésies et insista sur ce que Ponge appellerait plus tard « le dispositif Maldoror-Poésies », soit la relation logique qui pourrait expliquer qu’en l’espace de six mois, Ducasse s’était radicalement renié avant de disparaître dans le silence.

Il y eut bien une vogue maldororienne dans les années 1890, qui s’essouffla au tournant du siècle, alors que l’esthétique des brumes et de la décadence passait de mode. Juste avant la Première Guerre Mondiale, une nouvelle génération de lecteurs, celle de Paul Fort, de Léon-Paul Fargue et de Blaise Cendrars multiplia néanmoins ses efforts pour rappeler au public ce « petit classique », comme l’appellerait Valery Larbaud. Ce prosélytisme ne passa pas inaperçu. En 1917, Les Chants de Maldoror furent au cœur des premiers moments de communion littéraire entre Louis Aragon, André Breton et Philippe Soupault, comme en témoigne le très beau récit livré par Aragon dans Lautréamont et nous.

Plus encore que Rimbaud, plus que n’importe quel autre poète, Lautréamont fut le Christ des surréalistes et l’un des seuls précurseurs qu’André Breton continua à admirer tout au long de sa vie. Cette filiation, qui naît peut-être d’un contresens tant il apparaît aujourd’hui incertain que Ducasse ait réellement été un révolutionnaire sur le plan politique et moral, s’explique davantage par la manière dont Les Chants de Maldoror et les Poésies vont constituer, pour le groupe surréaliste, un formidable réservoir d’idées et d’expérimentations : écriture automatique, aventure collective, esthétique de la surprise, dynamitage de la comparaison traditionnelle, apologie du plagiat, du collage et du détournement sont autant de partis pris dont on peut trouver l’origine dans l’écriture et la théorie ducassienne, et notamment dans quelques mots d’ordre tirés des Poésies. Depuis lors, Isidore Ducasse n’a cessé d’être récupéré par les avant-gardes littéraires, des situationnistes à Tel Quel, fascinant modèle de la révolte qui avait, à seulement vingt-quatre ans, voué aux gémonies tout le romantisme et toute entreprise littéraire. Malgré deux entrées dans la collection Bibliothèque de la Pléiade, la dernière il y a dix ans, l’œuvre d’Isidore Ducasse conserve encore un statut particulier : réputée difficile, elle semble être aujourd’hui devenu un classique dont l’importance n’est plus discutable, mais un classique très marginal et qui continue d’embarrasser.

En novembre 2019, l’Association des Amis passés, présents et futurs d’Isidore Ducasse a relancé les Cahiers Lautréamont, qui avaient cessé de paraître depuis la mort de Jean-Jacques Lefrère. Un événement a été organisé à Tarbes, qui a donné lieu à des lectures publiques, des tables rondes et des débats, ainsi qu’à une exposition de documents biographiques dont certains étaient présentés au public pour la première fois. Inscrit aux commémorations nationales par le Ministère de la Culture, Isidore Ducasse fera l’objet d’un colloque international, le 24 novembre 2020, à la Bibliothèque nationale de France. Plus de renseignements à venir sur le site des Cahiers Lautréamont numériques.

Kevin Saliou

Cahiers Lautréamont 2019. Nouvelle série, n° 1, sous la direction de Kevin Saliou, Classiques Garnier, 2019, 321 p.

Pour contacter l’AAPPFID : aappfid@isidorelautreamont.fr

https://cahierslautreamont.wordpress.com/

http://blog.maldoror.org/

http://www.facebook.com/AAPPFID/

Cite this article as: "Le cent cinquantenaire Lautréamont — par Kevin Saliou," in CL 19, 12/06/2020, https://comitexix.hypotheses.org/2648.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search