Attribution du Prix Ary Scheffer 2020

 

La thèse récompensée pour le Prix 2020 est celle d’Eveline Deneer, « Une autre histoire. Imaginaires historiques privés dans la peinture européenne au début du XIXe siècle, entre passé national et histoire partagée ».

Deux accessits ont été attribués ex aequo à Aurélie Cachera pour sa thèse  « Le geste hystérique à Vienne autour de 1900. Études de formules de pathos dans des nouvelles d’Arthur Schnitzler et des photographies de Trude Fleischmann »

et à Agnès Curel pour « Une voix en métamorphose. De l’art du boniment au bonimenteur en scène. Enquête sur une mémoire sonore du théâtre ».

Vous trouverez ici la description du travail d’Eveline Deneer: 

Une autre histoire. Imaginaires historiques « privés » dans la peinture européenne au début du xixe siècle, entre passé national et histoire partagée.

Cette thèse porte un nouveau regard sur les imaginaires historiques « privés » qui, au cours du premier quart du xixe siècle, viennent inaugurer un nouveau champ d’imagination picturale au-delà des cadres génériques conventionnels de la peinture d’histoire. De la grandiloquence, des noms et dates illustres et de l’action dramatique de la peinture d’histoire classique, le regard se tourne alors vers la face familière, intime, secrète ou « anecdotique » du passé ‒ longtemps négligée mais en voie de redécouverte depuis le milieu du xviiie siècle.

Se focalisant sur trois pôles géographiques où s’est manifesté de bonne heure ce phénomène ‒ la France, la Prusse et la Lombardie ‒, ce travail s’est efforcé de mettre en lumière des veines picturales longtemps restées dans l’ombre, et d’apporter un nouveau regard sur le rapport de ces peintures avec le tissu culturel européen dans lequel elles s’inscrivent. Il s’agit en effet d’un phénomène profondément international, qui toutefois n’existe que sous la forme d’une variété de manifestations « nationales », locales et individuelles.

La production picturale est reconsidérée à travers le prisme de ce paradoxe apparent, selon une démarche critique stratifiée : allant des peintures et du contexte de leur création à la question de leurs diffusion et circulation à l’échelle internationale, pour finir sur l’analyse des structures de pensée, discours rhétoriques et cloisonnements méthodologiques, ceux-là même qui ont orienté, fragmenté et même entravé la perception et le traitement des peintures et du phénomène d’ensemble par la critique et l’historiographie artistiques, au moment précis où se posent les fondements de l’histoire de l’art.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search