François-René MOLÉ : biographie par Jacqueline RAZGONNIKOFF, Classiques Garnier

Son buste accueille les spectateurs dans l’escalier qui mène à l’orchestre Salle Richelieu. Mais qui, parmi eux, connaît encore le nom de ce comédien, un peu joufflu, souriant sous sa perruque ? Si les noms de Lekain, Préville, Mlle Clairon, restent encore dans les mémoires, celui de Molé a été bien oublié. Pourtant sa carrière est étonnante et couvre un demi-siècle. Comme Lekain, il joue la tragédie, comme Préville – mais dans un autre registre, celui des petits-maîtres  et des grands rôles moliéresques -, il joue la comédie, il est l’un des premiers protagonistes de ce nouveau genre qu’est le drame. Il est surtout la coqueluche d’un public pour qui le théâtre est addictif à l’époque. Les belles dames en sont entichées, les jeunes gens imitent les défauts qu’il a caricaturés sur scène,  la cour l’admire et le récompense. Mais il est aussi un comédien excommunié par l‘Eglise gallicane,  sa réputation est celle d’un libertin.

Il a les défauts de ses qualités : une fatuité certaine, beaucoup de mauvaise foi face aux autorités, mais une passion absolue pour le théâtre et une grande générosité naturelle.

Sa carrière, passionnante, couvre une importante période de l’histoire de France, du règne de Louis XV au Consulat. Molé y prend sa place, dans cette société en mouvement, et en est souvent le reflet. S’il se trompe parfois dans le choix de ses rôles, il est exceptionnel dans ceux qui lui conviennent. Ami de Diderot et de Greuze, il est la parfaite illustration de l’esthétique, à la fois sentimentale et distanciée, de son époque. Acteur jusqu’au bout des ongles, il maîtrise son art, tel que le définit Diderot : « Ce n’est pas son cœur, c’est sa tête qui fait tout. »


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search