Colloque « Stendhal en mouvement », 10-11 décembre 2015, Fondation Singer-Polignac

 

640bd259ffdced90830152d1191e7a38_L

Source : Amis de Stendhal

En hommage au beau livre de Jean Starobinski, Montaigne en mouvement, consacré à un écrivain que Stendhal appréciait tout particulièrement (et pour cause), on a souhaité envisager celui-ci sous les diverses modalités que prennent chez lui non seulement un besoin du tempérament, mais aussi une attitude soigneusement entretenue ,cultivée, fondamentale dans le beylisme, qui se définit comme un refus militant de l’immobilisme dans tous les domaines de l’existence, physique, intellectuelle, morale et artistique.

Mouvement dans l’espace:Stendhal est un nomade impénitent, incapable de rester en place, qui a théorisé sa « dromomanie » comme méthode d’investigation de soi et des autres dans la découverte toujours en éveil de la différence. Celui qui se définissait « observateur du coeur humain » s’élance sur les chemins pour engranger des expériences qui nourriront sa vie intérieure et lutter contre toute forme d’encroûtement et de routine.Pour lui, partir c’est renaître un peu. Il élabore non seulement une pratique personnelle du voyage, au service d’un hédonisme égotiste, mais une poétique qui fait du déplacement la condition d’une saisie féconde des beautés et des singularités du monde, aliment inépuisable pour la curiosité, la sensibilité, et matériau toujours renouvelé pour l’oeuvre à venir.

Mouvement dans le temps : si Stendhal ausculte inlassablement, sous tous ses aspects, la réalité de son époque, au point de pouvoir légitimement être considéré, avec Balzac et même un peu avant lui, comme le créateur du « roman réaliste », il ne s’enferme pas dans le contemporain. Il se projette vers l’avenir en pronostiquant pour l’Europe une inéluctable évolution vers un arasement des particularités nationales et une déplorable uniformisation des moeurs et des concepts, sous l’effet du triomphe programmé de l’idéal américain (si on peut accoler ces deux termes). Tournant le dos à ce triste horizon, il se hâte d’archiver les dernières manifestations des génies locaux, et entre tous celui de l’Italie, qui, en raison de son bienheureux « retard », sera la dernière à se laisser absorber par la mondialisation en marche.En archéologue, il se pencha amoureusement sur le passé italien, qu’il mythifie et célèbre comme antidote aux poisons de la modernité commerciale et industrielle, mortelleà la vie de l’esprit, des passions et des arts.

Mouvement dans les idées : toujours à l’état naissant, la pensée stendhalienne se caractérise avant tout par sa liberté, sa fluidité et sa porosité. Elle a horreur de toute coagulation , par définition mortifère, et privilégie la sincérité du moment, la spontanéité, voire le caprice, et les injustifiables impulsions du Moi. Réfutant les catégories toutes faites, les positions a priori, les étiquettes indécollables, le jacobin aristocrate assume ses contradictions, ses limites et ses partis pris, qu’il émousse avec une conscience aiguë de la relativité universelle des points de vue.

Mouvement dans les arts : Stendhal a passé sa vie à rêver autour de ce qu’on appelerait aujourd’hui les « transversalités esthétiques », c’est-à-dire les échanges et transpositions entre littérature, peinture, sculpture et musique ( et même architecture). Cet écrivain souhaitait écrire comme on peint ou comme on compose un opéra. Il a médité sur la spécificité des moyens d’expression de chaque art et imaginé entre eux des systèmes d’équivalences ou des passerelles dont l’étonnante modernité est encore loin d’avoir été complètement explorée. Le dialogue des Muses n’a pas été pour lui simple allégorie, mais réflexion approfondie d’un artiste soucieux de comprendre et d’enrichir, en les confrontant avec celles des autres domaines de la création, les ressources proppres de son instrument.

Mouvement dans l’écriture : faire des plans glaçait Stendhal, et leur prolifération dans les manuscrits est l’indice fatal que la dynamique textuelle va s’enrayer. On doit interroger le rôle de l’improvisation et de la vitesse chez quelqu’un qui, s’il rature plus qu’on ne l’a dit, entend aller toujours de l’avant sans se laisser paralyser par la recherche de la perfection et le culte de la phrase. Plus généralement, on se demandera de quel ordre relève le tropisme transfrontalier de Stendhal, qui l’amène à ne jamais se fixer une fois pour toutes sur des genres constitués, et à passer du journal intime au théâtre, au roman, au récit de voyage, au pamphlet, à la nouvelle, à la critique d’art, à l’article de presse, non pas à la suite, mais tout à la fois, comme pour brouiller les bornages du cadastre et « déterritorialiser » systématiquement le champ du littéraire.

Programme détaillé (format Pdf) 


Vous aimerez aussi...