Préparation du centenaire de la mort d’Octave Mirbeau en 2017

(Source : Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau)

mirbeau-48

2017 : L’ANNÉE MIRBEAU

Tout au long de l’année 2015, la Société Octave Mirbeau a poursuivi la préparation de la commémoration Mirbeau de 2017, à l’occasion du centième anniversaire de son décès . Les choses ont bien progressé, grâce à la coopération  de nos adhérents et correspondants, en France et à l’étranger, et, même s’il n’est pas certain que toutes les initiatives envisagées depuis deux ans verront bien le jour, en revanche d’autres ont fait leur apparition, laissant espérer une célébration digne du grand écrivain cher à nos cœurs. Un bref tour d’horizon permettra aux mirbeauphiles de se faire une idée des festivités mirbelliennes en préparation.

* Colloques :

– Programmé depuis longtemps par l’AIZEN (Association Internationale Zola et Naturalisme), en collaboration avec l’université de Debrecen, le colloque sur « Zola, Mirbeau et le naturalisme »  aura lieu à Debrecen (Hongrie) du 8 au 10 juin 2017 .
– Celui d’Angers aura sans doute lieu en mars 2017, mais la date et le lieu n’ont pas encore été fixés et devraient l’être au cours du mois de janvier 2016, ce qui permettra de lancer un appel à communication. Les thèmes proposés à la réflexion seront d’ordre littéraire, mais ils restent à préciser.
– La journée d’étude prévue au Palais de Luxembourg (Sénat) devrait avoir lieu le 27 janvier 2017, à l’initiative de la sénatrice écologiste d’Angers Corinne Bouchoux, mais cette date ne sera officielle qu’en avril 2016, pour des raisons administratives, ce qui retarde d’autant l’appel à communication. Le thème sera d’ordre politique et social.
– Organisé par Samuel Lair, un colloque centré sur Mirbeau et la Bretagne aura lieu en janvier 2017 à Morlaix, mais la date précise reste à fixer, ainsi que le lieu, salle municipale ou théâtre.
– À Bruxelles, notre ami Paul Aron envisage un colloque, sans doute à l’Université Libre, qui portera sur le chien dans la littérature 1900, naturaliste et post-naturaliste. La date n’en est pas encore fixée.
– À la Sorbonne Pierre Glaudes, avec la collaboration de Marie Bat, a programmé un séminaire d’une demi-journée en mars ou avril 2017, qui fera suite à plusieurs séminaires Mirbeau qui auront eu lieu en 2015 et 2016. Le thème de celui de 2017 sera les contradictions et les palinodies de nostre Octave.
– Signalons également qu’il devrait y avoir, en 2017 comme chaque année depuis quinze ans, quelque part dans le Far West états-unien, une session Mirbeau, présidée par Anna Gural-Migdal, dans le cadre du colloque annuel de la RMMLA (Rocky Mountain Modern Language Association). Mais à ce jour j’en ignore encore la date, le lieu et le thème.
– À Lódz, en Pologne, devrait avoir lieu une journée Mirbeau, organisée notamment par Anita Staron et Joanna Razny, au cours de laquelle pourraient être lues diverses contributions, susceptibles d’être publiées ou mises en ligne, et où seraient représentées des farces récemment traduites et publiées par Tomasz Kaczmarek.
– En Italie, à Gênes ou à Bari, tout espoir n’est pas perdu qu’Ida Merello et Ida Porfido puissent organiser une journée d’étude, susceptible d’être complétée par des conférences et des représentations théâtrales. Mais, pour l’instant, rien n’est décidé.
– Enfin, le colloque prévu de longue date à Grenade sur les traductions de Mirbeau en toutes sortes de langues se limitera probablement à une journée, sans doute en novembre 2017. Mais il pourrait être complété par des conférences, des représentations des Amants en espagnol et des projections de films inspirés par des œuvres de Mirbeau. Outre la Faculté des Traducteurs, qui devrait accueillir le mini-colloque, devraient être parties prenantes des festivités andalouses, les départements de français de Grenade et de Cadix et la Maison de France, dirigée, à Grenade, par Françoise Souchet.

* Publications :

– Si j’arrive à le boucler dans les temps, l’année 2017 devrait voir la publication, par L’Âge d’Homme, du tome IV et dernier de mon édition de la Correspondance générale de Mirbeau. Ce sera le résultat d’un demi-siècle de recherches entamées en 1967…
– Le philosophe belge Daniel Salvatore Schiffer, spécialiste d’Oscar Wilde, travaille à un beau volume sur Mirbeau critique et intellectuel engagé, aux éditions du Rocher, avant de s’attaquer à une nouvelle biographie, grand public cette fois, destinée à Folio-Biographies.
– L’historien d’art et romancier Alain (Georges) Leduc compte parachever, d’ici la fin 2016, et publier chez un éditeur parisien, un volume provisoirement intitulé Octave Mirbeau l’oxyvore.
– L’universitaire canadienne Anna Gural-Migdal a en chantier un livre sur Mirbeau, Naturalisme et horreur dans la fiction d’Octave Mirbeau, mais il n’est pas sûr qu’il puisse paraître en 2017.
– Samuel Lair doit publier, chez un éditeur de Morlaix, un petit volume sur Mirbeau et la Bretagne, qui devrait sortir en janvier 2017, à l’occasion du colloque Mirbeau de Morlaix.
– Dominique Bussillet devait faire de même pour Mirbeau et la Normandie, chez son éditeur habituel.
– Un autre éditeur normand, associatif et numérique, la Piterne, va publier neuf romans de Mirbeau, avec de nouvelles préfaces signées Samuel Lair, Yannick Lemarié et Arnaud Vareille. La mise en page est en cours et les couvertures sont définies.
– À l’étranger, devraient paraître trois traductions de Dans le ciel : en allemand, chez Weidle Verlag, à Bonn, dans une traduction d’Eva Scharenberg ; en polonais, à Lódz, traduction d’Anita Staron ; et peut-être en portugais, grâce à Lisa Suarez, mais l’éditeur reste à trouver, de préférence au Brésil. Devraient également voir le jour la traduction italienne des 21 jours, par Albino Crovetto, et la traduction espagnole des Lettres de ma chaumière, par Francisco Gil Craviotto, si du moins un éditeur accepte de les publier.
– Enfin, il est probable que des Actes de colloques pourront paraître en 2018, pour peu que l’on déniche des subventionneurs, au premier chef Célébrations nationales.
À tous ces volumes, il convient naturellement d’ajouter le n° 24 des Cahiers Octave Mirbeau, qui devra être bouclé fin décembre 2016.

* Créations théâtrales :

Elles seront à coup sûr nombreuses, mais toutes ne sont pas encore connues à ce jour.
– La plus prestigieuse et la plus emblématique, mais aussi la plus coûteuse, est l’oratorio théâtral d’Antoine Juliens, de Teatr’Opera, Rédemption, ou “la maladie du toujours mieux” , qui met en scène des personnages des romans de Mirbeau, Dans le ciel, L’Abbé Jules, Sébastien Roch et Le Jardin des supplices. Il sera créé en Belgique à Bertrix, en janvier 2017, et circulera ensuite à travers la Belgique et la France tout au long de l’an de grâce mirbellienne 2017, en fonction des points de chute qui auront été préalablement trouvés. Que ceux de nos lecteurs qui seraient susceptibles de proposer le grand œuvre d’Antoine Juliens à des théâtres où ils ont des accointances prennent contact avec la Société Mirbeau, ils feront œuvre pie ! Laquelle Société, pour sa part, va lancer, en janvier 2016, un appel à financement participatif, à hauteur de 10 000 €, par le truchement de la plateforme Ulule, pour permettre la création de cette œuvre aussi ambitieuse qu’originale.
– Par ailleurs, la Comédie-Française, que nous avons sollicitée, envisage de monter du Mirbeau en 2017. Mais, d’après Éric Ruf, le nouvel administrateur de la Maison de Molière, ce ne sera pas Les Affaires, qui a déjà été donné deux ans de suite, en 2010 et 2011. Nous n’en savons pas plus pour l’instant.
– De son côté, Roland Timsit souhaite vivement monter Le Foyer, sans que, à ma connaissance, aucune date ni aucun théâtre aient été déterminés à l’heure où j’écris.
– À Angers, double projet théâtral autour de La Grève des électeurs, par Virginie Brochard, de la Compagnie OeilduDo, grâce à une subvention de Corinne Bouchoux sur sa réserve parlementaire. L’un, par des professionnels, sera une lecture-spectacle de La Grève des électeurs et de L’Épidémie, sous le titre provisoire De l’épidémie à la grève. L’autre, par des amateurs, sera un travail portant sur Le Portefeuille et  Scrupules.
– À Bordeaux, un spectacle Mirbeau pourrait être de nouveau donné à la Lucarne, qui a monté, il y a quelques années, de succulentes variations sur Les Amants. Le texte est de Bruno Courcelle et a pour titre provisoire Vous avez bien dit “civilisation” ? Sous la forme lecture théâtralisée, le spectacle pourrait circuler dans des lycées, bibliothèques, etc.
– En Normandie, un ancien professeur d’études théâtrales, Bernard Martin va monter L’Épidémie avec une troupe d’amateurs.  Il a réalisé aussi une lecture théâtralisée de Mémoire pour un avocat, susceptible d’être complétée par Vieux ménages, et qui pourrait circuler dans l’ensemble de la Normandie.
– En Normandie également, Anne Revel-Bertrand, qui a remarquablement mis en scène Les Souvenirs d’un pauvre diable, il y a trois ans, envisage de monter un nouveau spectacle autour des lettres de jeunesse d’Octave à son confident Alfred Bansard, qui aurait pu être créé à Rémalard à l’occasion d’une semaine Mirbeau, au printemps 2017. Mais elle a pour cela besoin de trouver des subventionneurs.
– Dans le Morbihan, le théâtre de l’Échange, de Caudan-Lorient, va monter Le Journal d’une femme de chambre fin 2016. L’accent va être mis sur la condition des femmes en général et, plus particulièrement, sur le vécu des domestiques et sur l’actualité de la domesticité. Le spectacle devrait circuler prioritairement en Bretagne.
– Quant à Les affaires sont les affaires, qui doit être donné en mars et mai 2016 au Théâtre des Célestins, de Lyon, dans une mise en scène de Claudia Stavisky et avec François Marthouret et Marie Bunel, avant de partir en tournée, il serait éminemment souhaitable que des représentations puissent être prolongées en 2017.
– À cela, il faudra sans doute ajouter des spectacles qui ont été donnés ou redonnés en 2015 et qui pourraient l’être de nouveau en 2017 : les divers one woman shows de Célestine, l’adaptation du même Journal par Philippe Honoré et Philippe Person, Les Mauvais bergers (créé à Millau en septembre 2015), Tous patriotes (Théâtre de l’Orage, Beauvais), ou encore La Vache tachetée (créé par Lionel Jamon à Montbrison).

* Cinéma :

– Laurent Canches et Philippe Courtin travaillent à une adaptation de L’Abbé Jules et ont réalisé déjà une note d’intention, qui vise à en donner une lecture actuelle, avec un effet d’abyme.
– Laurent Canches travaille parallèlement à un documentaire : “Je suis Mirbeau” (Hier, aujourd’hui, toujours), qui a été présenté en décembre 2015 à la commission documentaire du C.N.C. et qui va sans doute devoir recourir au financement participatif.
– Émilien Awada travaille à un docu-fiction pour la société de production de Pierre Mathiote Cinergie : Mirbeau, testament littéraire, qui se présente comme une enquête historique en même temps que comme le portrait d’un écrivain et de son siècle.  Il a fini, en décembre 2015, l’écriture de son projet, grâce au soutien de la Société Mirbeau, et le présentera à la commission idoine du CN.C. en février 2016.
– La suggestion a été faite au Festival Premiers Plans, d’Angers, qui a rassemblé près de 70 000 spectateurs ces dernières années, de consacrer, lors de son édition de janvier 2017, une journée à Mirbeau et aux diverses adaptations cinématographiques de ses œuvres. La réponse se fait attendre, mais tout espoir n’est pas perdu.

* Expositions :

– Au Musée d’Orsay, à défaut d’un parcours Mirbeau, qui ne semble pas réalisable, contrairement à nos suggestions et espérances, il pourrait y avoir une petite expo présentant des illustrations,de Pierre Bonnard, notamment.
– Le Musée Rodin, qui vient de rouvrir après des travaux d’importance, devrait proposer une petite expo.
– On peut espérer que la Bibliothèque Nationale fera quelque chose. Mais pour l’heure rien n’est encore programmé officiellement, malgré notre demande, qu’il nous faudra réitérer.
– La Bibliothèque Municipale de Caen devrait proposer une exposition, qui serait composée pour l’essentiel par des documents autographes  et des éditions originales conservés à la B. M. ou appartenant à des collections privées, notamment celle de notre ami Jean-Claude Delauney, qui lance un appel aux mirbeauphiles possédant des éditions rares.
– Dans l’Eure, la Piterne envisage une exposition « Mirbeau et la Normandie » susceptible de circuler dans l’ensemble de la grande région. Elle serait constituée de quelques panneaux présentant des textes de Mirbeau sur les villes et villages de Nomandie, agrémentés de photos et d’anciennes cartes postales.
– À Rémalard, Jacky Lecomte compte réaliser des panneaux didactiques pour la semaine printanière de 2017. Il est à espérer qu’ils pourront circuler dans le voisinage, notamment à Mortagne, au Musée Alain, voire dans le reste de la Normandie.

* Conférences :

– Il y aura sans doute deux ou trois conférences au Musée d’Orsay.
– La BNF a été et sera de nouveau sollicitée, mais le succès est incertain.
– Les divers colloques et les spectacles Mirbeau pourraient être avantageusement complétés par des conférences ou causeries, dont ils offriraient l’occasion.
– Il devrait y avoir pas mal de conférences ou causeries en Normandie, en Bretagne, dans les Pays-de-Loire, à Paris et en Poitou-Charentes, où résident la majorité des mirbeaulogues susceptibles de semer la bonne parole. Reste à trouver des lieux : facultés des lettres, bibliothèques, centres culturels, salles municipales, lycées et collèges. Les suggestions de nos lecteurs seront évidemment les bienvenues.
– À l’étranger, y compris en Amérique du Nord et du Sud, nos correspondants peuvent également consacrer à Mirbeau des cours ou des conférences.

* Divers :

– Célébrations nationales va publier un article sur Mirbeau dans son volume de 2017 et m’en a demandé la rédaction.
– Une nouvelle demande sera déposée pour inscrire Mirbeau au programme des agrégations de lettres, mais ce ne sera au mieux que pour le concours de 2018.
– Une rose doit être baptisée Mirbeau. Si ce baptême pouvait être un tant soit peu médiatisé, personne ne s’en plaindrait.
– Un timbre à l’effigie d’Octave sera réalisé, grâce à Jacky Lecomte, et disponible auprès de la Société Octave Mirbeau.
– Deux projets de bandes dessinées inspirées de Mirbeau ont été envisagés, mais nous ignorons s’ils ont quelque chance d’aboutir.
– Une plaque sur l’immeuble de la rue Beaujon a été demandée, sans grand succès jusqu’à présent. Il va falloir revenir à la charge.
– Nous allons demander à divers conseils départementaux et conseils régionaux que des collèges et des lycées puissent porter le nom de Mirbeau, notamment à Rémalard, où le collège est baptisé du nom de son contemporain Paul Harel, aubergiste et poète percheron complètement oublié aujourd’hui. Mais cela risque de demander du temps et, si jamais certaines demandes étaient satisfaites, cela ne pourrait sans doute se faire qu’après 2017.
– De même nous allons proposer à nombre de municipalités, notamment en Normandie, de baptiser du nom de Mirbeau des rues, des places, des bibliothèques, des salles municipales, des centre culturels, etc.
– Il serait éminemment souhaitable que des articles, voire des dossiers, puissent paraître dans les revues et journaux d’audience nationale  aussi bien que dans des publications régionales ou locales, ou encore sur Internet, et qu’il puisse être parlé de Mirbeau à la radio. Là encore nous avons besoin de relais et d’intercesseurs. Merci à nos lecteurs et à nos adhérents de nous faire des suggestions et de nous indiquer des contacts utiles dans la presse ou les radios !

Les initiatives sont extrêmement nombreuses et diverses. Mais pour les mener toutes à bien, nous avons besoin, non seulement  d’argent, bien sûr, car c’est toujours le nerf de la guerre , mais aussi et surtout de l’huile de coude de tous les mirbeauphiles de par le vaste monde. Si chacun peut apporter sa pierre à l’édifice et donner un coup de pouce ou un coup de main, l’année Mirbeau sera un grand succès international !
Nous comptons donc sur vous ! Merci par avance de votre coopération !
Pierre MICHEL
Président de la Société Octave Mirbeau
31 décembre 2015


Vous aimerez aussi...