Lamothe-Langon, La Vampire, ou la Vierge de Hongrie

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du second volume de la collection méduséenne éditée par les éditions Otrante (http://www.otrante.fr/), qui devrait séduire les amateurs de textes romantiques ou gothiques, de mortes amoureuses, ainsi qu’aux amateurs de Le Fanu, Stoker ou Gautier :

Lamothe-Langon, La Vampire, ou la Vierge de Hongrie.

Suivi de la traduction inédite de Le Pays par-delà la forêt (extrait).

En 1825, soit onze ans avant Théophile Gautier, le baron de Lamothe-Langon met en scène la première morte amoureuse et la première véritable femme vampire de la littérature française. Un cadre gothique proche des romans d’Ann Radcliffe, des soldats de retour des campagnes napoléoniennes, un pacte de sang trahi, un château en ruine, des présages, revenants et victimes dont on a aspiré la vie.

Un demi-siècle avant Le Fanu puis Stoker et que la littérature n’invente un vampire suceur de sang aux dents pointues, La vierge de Hongrie présente une immortelle dame au linceul, beauté ensorcelante revenue de la tombe, qui déchaîne les éléments, erre, flotte ou vole, et poursuit la mission qui lui a été confiée en semant la mort.

Première œuvre de fiction à mentionner les traditions des pays de l’Est et à décrire les méthodes de destruction d’un vampire, ce roman est sans conteste celui qui offre la description la plus fine et la plus fidèle de la figure romantique du vampire et de la morte amoureuse.

Roman suivi de la traduction inédite des cinq chapitres relatifs aux superstitions transylvaniennes de l’ouvrage d’Emily Gerard, Le Pays par-delà la forêt. Somme extrêmement dense de légendes et croyances de l’Est dans lesquelles Bram Stoker a notamment puisé pour la rédaction de son Dracula.

Alors qu’il respecte tous les codes de la période romantique, ce roman de Lamothe-Langon devrait séduire les amateurs de littérature fantastique ou gothique, de récits de mortes amoureuses, ainsi que les amateurs de Le Fanu, Stoker ou Gautier.

Édition présentée et annotée par Florian Balduc.

Postface de Valery Rion. Traduction de Seamus Wentzel.


Vous aimerez aussi...