Les Proscrits de Charles Nodier et la Contre-Révolution : traumatisme et découverte de la foi

Misaki JITTANI-NISHIMURA,
Docteure en littérature française,
Chargée de cours à l’université de Housei à Tokyo,
Version PDF,

 

Le souvenir de la Révolution imprègne l’œuvre de Charles Nodier (1780-1844) comme ses contemporains. Nodier n’a jamais été favorable à la violence de cet épisode, ce qui l’amène à défendre une position contre-révolutionnaire. Son œuvre peut notamment s’interpréter comme une « contre-révolution spirituelle[1]». Malgré cette posture, notre écrivain, né en 1780, n’a cependant d’autre choix que d’« appart[enir] à cette génération de l’entre-deux siècles qui a vécu la Révolution[2] », et se voit obligé d’accepter cette réalité. Il tente alors de composer avec cette Révolution, « créatrice de souffrances et de solitude[3]», en représentant dans ses œuvres les sentiments négatifs, ineffaçables et « exceptionnels » qui à ses yeux n’ont pu se  produire que dans l’esprit humain de la période postrévolutionnaire, et en les présentant comme la manifestation d’une littérature nouvelle : « si la révolution est un état exceptionnel dans les formes de la société, la littérature qui s’est développée avec elle sera un état exceptionnel dans les formes de l’esprit humain[4] ». Selon Nodier, « si, comme l’a dit M. de Bonald, la littérature est toujours l’expression du siècle, il est évident que la littérature de ce siècle-ci ne pouv[a]it nous conduire qu’aux tombeaux[5] ». L’une de ses ambitions en tant que d’écrivain de la « génération postrévolutionnaire[6] » est donc de permettre aux « âmes traumatisées par la Révolution[7] » et aux hommes endeuillés de s’exprimer.

Le protagoniste anonyme des Proscrits, premier roman de Nodier paru en 1802, est sans doute un personnage emblématique des victimes dont l’âme est profondément blessée par la Révolution[8]. Dans ce récit, l’écrivain n’inscrit pas son intrigue dans un contexte révolutionnaire aussi marqué que dans certains de ses romans postérieurs comme Thérèse Aubert (1819), Adèle (1820) ou les textes regroupés dans l’ouvrage posthume Souvenirs de la Révolution et de l’Empire[9], paru en 1850. Cependant, en adoptant le point de vue que le protagoniste cherche une manière de vivre avec ces souvenirs traumatiques, nous pouvons constater que le contexte révolutionnaire y est tout de même bel et bien présent et y joue un rôle majeur[10].

Nous souhaitons ici présenter comment l’auteur représente l’âme souffrant du héros proscrit. Tout d’abord, nous analyserons l’expression des souvenirs, qui surviennent de manière répétée, qu’a le protagoniste de la Révolution, puis mettrons en lumière la relation entre le manque de paix spirituelle en lui et la fragilité de sa foi. Nous montrerons enfin que notre héros obtient une consolation en redécouvrant une foi chrétienne qui n’est pas « orthodoxe[11] ».

Le Traumatisme de la Révolution

Les Proscrits sont narrés par un jeune proscrit de vingt ans sans nom (ci-après désigné comme « le Proscrit »), comme un « journal intime[12] ». L’auteur ne nous précise pas qui est ce personnage, ce qui l’a amené à s’exiler, ni même d’où il vient. Le fait que nous pouvons reconnaître que le Proscrit est un homme souffrant de la profonde solitude à cause des souvenirs de la Révolution.

Ce traumatisme de la Révolution s’exprime à travers les réflexions furieuses du Proscrit sur ce « bouleversement » (p. 13) et l’intervention répétée de souvenirs qu’il ne cherche pas à se remémorer volontairement et qui s’insèrent par cinq fois dans le récit, composé de vingt-trois chapitres[13]. La répétition rythmique, brutale et involontaire de ces souvenirs évoque les « flash-backs » qui surviennent de temps à autre dans l’esprit des victimes de chocs forts ou de traumatismes[14]. Lorsque le Proscrit regarde son amante Stella, une exile qu’il rencontre dans la montagne, faire une guirlande des ancolies et la mettre sur sa tête, il s’est aperçu que c’est la « manière dont on pare les victimes » (p. 81). Cet « ornement funèbre lui [=à Stella] rappela ses amis sacrifiés » (p. 81) et il remémorer au Proscrit aussi, en conséquence une réflexion concertante la Révolution lui descend brutalement sur la tête : 

Oui, STELLA m’écriai-je! ils ont épouvanté la patrie de leur audace et de leurs forfaits ; ils ont dévasté les temples, ils ont tué la paix, ils ont proscrit la vertu ; ils ont égorgé la fille dans les bras de son père, l’époux, sur le sein de son épouse bien-aimée ; ils ont fait de notre terre natale le patrimoine des bourreaux, et ils l’ont fertilisée avec les cadavres de nos parents… ; […] VENGEANCE ET MALÉDICTION SUR LES TYRANS ! (p. 81-82)

L’emploi répété du point d’exclamation et ainsi que la présence du verbe « s’écrier » à la première ligne témoignent bien de la fébrilité du Proscrit. Cet homme, au tempérament tranquille et doux et qui semble incapable d’énervement, est tout à coup bouleversé par sa haine envers les tyrans, créateurs de la violence de la Révolution. Cette affaire terrible ne s’est jamais résolue à l’intérieur du Proscrit lui-même : il ne peut pas obtenir une paix intérieure véritable car les souvenirs de son passé traumatisant s’insinuent dans sa vie présente. Son chagrin est symptomatique d’une maladie de l’Histoire, qui « n’est que le mal de vivre[15] ».

Perte de la paix intérieure et de la religion

L’expression répétée par trois fois par le Proscrit « plus de repos, plus de bonheur ! » (p. 19, p. 24, p.109) illustre la perte de la paix intérieure, vrai traumatisme de la Révolution. S’il n’a plus de paix ni de repos, c’est aussi parce qu’il n’a pas non plus de consolation : il a perdu sa religion, sa foi. Auparavant, le Proscrit avait l’habitude d’entretenir une « douce communication avec Dieu » (p. 72). A présent, le Proscrit n’a plus d’objet à aimer car il pense être « loin de professer cette dévotion exclusive et mal entendue qui repousse l’homme trompé » (p. 72). Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que l’athéisme a remplacé sa foi : « je sens que je pourrais voir un athée sans horreur…. mais je ne le verrais pas sans pitié […] » (p. 72-73)[16]. Ce « ni l’un ni l’autre » suggère donc que le Proscrit n’a plus d’objet d’adoration et qu’il se trouve actuellement dans un état de « vague des passions » : « je n’aurais plus trouvé que du vide dans mon cœur » (p. 33). Cette instabilité de son identité spirituelle et mentale le rend également profondément mélancolique. « Il s’est refusé à la Révolution et s’est ainsi exclu lui-même de la participation à la vie[17] », autrement-dit, c’est un exil spirituel. Comme Hermann Hofer le souligne, « on ne connaît, pour ainsi dire, […] ce que devient le héros principal[18] ».

Découverte d’une foi à la fois chrétienne et platonicienne

Cependant le Proscrit lui-même bien ce que devient, au moins après la mort, sa Stella pratiquante qui a donné tout son cœur au Seigneur. Il dit ainsi, lorsque sa bien-aimée est partie au ciel : « qu’est devenue STELLA ? disais-je […] elle respirera une éternité de délices dans une éternité de repos. […] Dieu ne rejettera point de son sein ceux qui ont beaucoup aimé » (p. 113). L’âme de Stella sera protégée, « au pied du trône de Dieu » (p. 75). À travers cette ascension sacrée de Stella, le Proscrit redécouvre un christianisme, sous une nouvelle forme qui n’est pas orthodoxe.

Si chez Chateaubriand les personnages retrouvent l’existence de Dieu dans la Nature sauvage[19], les héros des Proscrits ne cherchent Dieu que dans le ciel, pas parmi des arbres de la montagne, illustré par un champ lexical abondant : Stella « adress[e] au ciel un regard, un soupir et une larme » (p. 71), « regard[e] le ciel » (p. 74) et « prend ma main et l’elev[e] vers le ciel » (p. 99). Le Proscrit lève également ses yeux vers le ciel, lorsqu’il cherche une consolation : « j’appuyai ma tête sur mes mains et je sentis rouler dans mes yeux une larme de douleur je les relevai vers le ciel et elle devint une larme de reconnaissance » (p. 16). Néanmoins, leProscrit ne donne pas d’indications sur la présence exacte qu’il recherche dans le ciel. Peut-être est-ce le Dieu chrétien ou peut-être est-ce un monde idéal où se trouvent les âmes. Il ne le précise pas. Nodier ne cherche pas tant le « remède au vague des passions[20] », par rapport à l’auteur du Génie du christianisme que notre auteur admire, dans la religion chrétienne, mais peut-être dans la spiritualité du christianisme qui suggère une vérité au-delà de la Terre.

Sa foi semble plutôt s’orienter vers la théorie platonicienne, ce dont témoigne le Proscrit lorsqu’il raconte ses pensées sur l’âme humaine : « l’esprit créateur a formé deux êtres qui se conviennent, il les destinait à se réunir et à s’aimer » (p. 23). Cette idée se rapproche de la théorie sur l’âme présentée dans Phèdre de Platon, c’est à dire que l’âme a été « séparé[e] de la moitié de son âme » (p. 66) sur la terre tandis que l’union de ces deux âmes crées l’« un pour l’autre » (p. 21) aura lieu dans un monde idéal où elles « [se] réunir[ont] à jamais » (p. 115). Nodier fait ainsi interpréter à son Proscrit la foi chrétienne qu’il a retrouvée en lui à travers le personnage Stella d’une manière platonicienne, au sens global, en s’appuyant sur la grande proximité, à ses yeux, du christianisme et de la tradition platonicienne qui recherchent la vérité relevée par le ciel, monde idéal et impalpable. Nous trouvons donc, dans ce texte, le germe de la pensée qui se cristallisera dans son dernier ouvrage, Franciscus Columna (1843) où l’on découvre l’« étrange alliance » de la pensée chrétienne et celle de l’Antiquité platonicienne[21].

Conclusion

Ainsi, Nodier stigmatise la violence de la Révolution en mettant en scène le Proscrit, un personnage hanté par le souvenir de ses traumatismes et qui ne parvient plus à trouver la paix. Il conclut son histoire sur le fait que son héros découvre une nouvelle foi à travers la mort de son amante et s’assure lui-même un avenir joyeux au ciel après sa propre mort en songeant : « je crois que la reverrai ! » (p. 117). Cette phrase est emblématique des œuvres de Nodier et annonce ses textes postérieurs dans lesquels l’aspiration vers les retrouvailles avec une défunte bien-aimée et vers un monde surnaturel, soit chrétien, soit platonicien, où elle s’est élevée après sa mort devient un thème primordial. Nous pouvons trouver dans ce texte l’attitude de pensée qui mûrira durant toute sa vie et qui deviendra l’esthétique de ses œuvres : celui qui place au premier plan les éléments spirituels et qui les dépeint comme vecteurs de la vérité et nécessaires au ressourcement spirituel des hommes. Aux yeux de Nodier, les hommes souffrants ont besoin de la foi ou bien d’une sympathie admirative pour le surnaturel, plutôt que d’un traitement médical, même si elles apparaissent irrationnelles et aberrantes : « […] les rêveries absurdes qui sont devenues des sciences, les fantômes impuissants qui sont devenus des dieux, les fables ridicules qui sont devenues des religions […][22] ». Nodier souhaite avec une telle pensée se situer à l’opposition des courants philosophiques et sociaux matériels, positifs et idéologiques qui trouvent leur origine dans la pensée rationaliste des Lumières et des Idéologues.

 


[1] Gérard Gengembre, Le Romantisme, Paris, Ellipses, 1995, p.29, la définit ainsi : La « contre-révolution spirituelle, qui discrédite la figure du Philosophe, privilégie l’émotion dans la poésie et dans l’art, fait s’équivaloir sens littéraire et sexas de l’âme ». Sur la Contre-Révolution, voir également Gérard Gengembre, La Contre-Révolution ou l’Histoire désespérante : histoire des idées politiques, Paris, Imago, 1989; et Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel dans la France moderne [Paris, José Corti, 1973], 1985 et Paul Bénichou, Romantismes français, t. I, Paris, Gallimard, 2004.

[2] Paul Kompanietz, « Nodier et la littérature de la Révolution » in Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie (dir.), Une « période sans nom ». Les années 1780-1820 et la fabrique de l’histoire littéraire, , Paris, Classique Garnier, 2016, p. 127.

[3] Gérard Gengembre, Le Romantisme, éd. cit., p. 37.

[4] Charles Nodier, Dernier banquet des Girondins, in Œuvres complètes de Charles Nodier, t. VII, Paris, Renduel, 1833, p. 228. Nodier écrit aussi que « la révolution est donc le commencement d’une double ère littéraire et sociale qu’il faut absolument reconnaître, en dépit de toutes les préventions de parti » p. 229. « Si Nodier range dans cet ordre les adjectifs “littéraire et sociale”, c’est parce qu’il applique et développe l’adage de Bonald qu’il vient de rappeler : “La littérature est l’expression de la société” » (Roselyne de Villeneuve, « “J’ÉCRIRAI”. Proscription et écriture chez Nodier », Orages. Littérature et culture 1760-1830, n°17, 2018, p. 70.)

[5] C’est nous qui soulignons. Charles Nodier, « Vampire, nouvelle traduite de l’anglais par H. Faber » [Le Drapeau blanc, 1er juillet, 1819]repris dans Mélanges de littérature et de critiques, t. 1, Paris, Raymond, 1820, p. 413. Nodier remplace ici le terme « sociale » de l’adage de Bonald par le mot « siècle ».

[6] Marie-Catherine Huet-Brichard, « Brigandage et apories de l’histoire : Jean Sbogar de Charles Nodier », in Valérie Sottocasa (dir.), Les Brigands. Criminalité et protestation politique, actes du colloque, 24 et 25 mai 2007, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 66.

[7] Gérard Gengembre, Le Romantisme, éd. cit., p. 17.

[8] Nodier souligne à travers la bouche de ce héros, qu’il n’est qu’un homme traumatisé par la Révolution parmi d’autres, ce cas de figure étant très répandu à cette époque-là : « je n’étais point une victime illustre, et mon nom se perdait dans la foule des proscrits » (Ch. Nodier, Les Proscrits, Paris, Lepetit et Gérard, 1802, p. 16). A partir de maintenant, nous indiquerons le numéro de la page directement dans le texte, entre parenthèses, lorsque nous citerons des phrases des Proscrits. Nous avons également Moi-même,un roman écrit en 1799 qui n’a cependant été publié que soixante-dix-sept ans après la mort de Nodier par Jean Larat en 1921 (Ch. Nodier, Moi-même [ouvrage inédit], une introduction sur le roman personnel par Jean Larat, Paris, E. Champion, 1921).

[9] Paul Kompanietz et Marine Le Bail, « Charles Nodier romancier : le Moi et l’Histoire. De Moi-même à Adèle (1800-1820) », Journée d’étude du 8 janvier 2021. (https://www.fabula.org/actualites/charles-nodier-romancier-le-moi-et-l-histoire-de-moi-meme-adele-1800-1820_97825.php). Ch. Nodier, Souvenirs de la Révolution et de l’Empire, nouvelle édition avec notes et augmentations considérables, 2vol., Paris, Charpentier, 1850. Nous avons aussi Ch. Nodier, Portraits de la Révolution et de l’Empire, préface par Jean-Luc Steinmetz, 2 vol., Paris, Tallandier, 1988.

[10] « Les Proscrits thématisent la Révolution française comme aucun autre roman de l’époque ne l’a fait, et caractérisent le statut d’un personnage de roman en vue de sa relation avec celle-ci » (Hermann Hofer, « Les Proscrits, une révolution du roman, un roman de la Révolution », Florianópolis, n° 31, 2006, p. 13.)

[11] A la manière du « christianisme romantique » : « christianisme romantique n’est pas orthodoxe, mais il est foi, aussi éloignée de soit-elle des dogmes » (G.Gengembre, Le Romantisme, op.cit., p. 23).

[12] H. Hofer, art.cit., p. 13.

[13] Dans les chapitres suivants : deuxième, quatrième, cinquième, deuxième, quatorzième.

[14] « Trois éléments spécifiques caractérisent un trauma : l’amnésie, les flash-backs et les déclencheurs » (Michel Silvestre « Approche intégrative inter et intra du trauma », Thérapie familiale, vol. 35, p. 2012, p. 228). Le concept de traumatisme psychique ou de névrose traumatique a été évoqué en 1809, dans la deuxième édition du Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale de Philippe Pinel (1745-1826), aliéniste et précurseur de la psychanalyse, à partir de l’observation des soldats de la Révolution et des guerres de l’Empire. Il ne sera toutefois médicalisé qu’en 1889 par Hermann Oppenheim (1857-1919). (Ibid., p. 227 ; Khadija Chahraoui, 15 cas cliniques en psychopathologie du traumatisme, Paris, Dunod, 2013, p. 13). Nous pouvons trouver un exemple de symptôme traumatique à la page 262. Si nous soulignons le lien entre Pinel et Nodier, nous pouvons également préciser qu’il a sans doute consulté le Dictionnaire auquel Pinel a participé, comme il l’a mentionné son article paru dans le Journal de Débats (2 janvier, 1819), (Dictionnaire des sciences médicales, éd. Charles-Louis-Fleury Panckoucke, 60 vol., Paris, C. L. F. Panckoucke, 1812-1822).

[15] G. Gengembre, La Contre-Révolution ou l’Histoire désespérante, op.cit., p. 61.

[16] Or, le catholicisme et l’athéisme constituent les deux grandes positions des idées qui s’opposent chez le jeune Nodier concernant l’existence de Dieu : « un philosophe, si je suis athée ou catholique ? / Ni l’un ni l’autre » (Ch. Nodier, Moi-même, éd., Daniel Sangsue, Paris, José Corti, 1985, p. 47). Cette instabilité de la foi et aussi de l’identité constituent l’un des thèmes essentiels de Moi-même, un texte qui date de deux ou trois ans avant la publication des Proscrits et paru à titre posthume. L’identité de « je » « relève de l’entre-deux, du “ni l’un ni l’autre” » (D. Sangsue, « Introduction », dans Ibid., p. 14).

[17] H. Hofer, art.cit., p. 13.

[18] Ibid., p. 12.

[19] Dans Atala, un vieux pin se change en autel : Atala « à genoux devant un vieux pin tombé, comme au pied d’un Autel, offr[a]it à son Dieu, à travers la cime des bois, ses vœux pour un amant idolâtre » (François-René de Chateaubriand, Atala [Atala, ou les Amours de deux sauvages dans le désert, Paris, Migneret ; Dupont, 1801, p. 45-46). Nous avons cité cette phrase de la version originale que Nodier a sans aucun doute lue. Roselune de Villeneuve remarque l’analogie du style : « Le chapitre intitulé “La faute” [des Proscrits] reprend en effet jusque dans le style, un chapitre d’Atala, “Le drame” » (Roselyne de Villeneuve, La Représentation de l’espace instable chez Nodier, Paris, Honoré Champion, 2010).

[20] Gengembre, Le Romantisme, op.cit., p. 37.

[21] Ch. Nodier, Franciscus Columna [Bulletin de l’Ami des Arts, 1843], précédée d’une notice par Jules Janin, Paris, J. Techener, 1844, p. 56.

[22] Ch. Nodier, « Des Hallucinations et des songes en matière criminelle » [Le Temps, 23 juillet 1835] dans Id., Feuilletons du Temps et autres écrits critiques, éd. Jacques-Remi Dahan, Classiques Garnier, t. I, 2010, p. 545.



Citer ce billet
Isabelle Safa (2023, 25 juin). Les Proscrits de Charles Nodier et la Contre-Révolution : traumatisme et découverte de la foi. CL 19. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n1m7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search