Avant-Propos

 

Évoquer ou représenter de façon synthétique l’état de la recherche dans chacune des vastes et riches thématiques qui ont été celles de Gérard Gengembre tout au long de sa carrière d’enseignant, de chercheur et plus largement, de passeur, est une gageure : l’histoire des idées au XIXe siècle au prisme des liens entre idéologie, politique et littérature ; le romantisme ; l’écriture de l’histoire, sans oublier bien sûr la figure de Napoléon ; mais également plusieurs auteurs, dont il continue de parcourir les œuvres foisonnantes : Louis de Bonald, Mme de Staël et tout le groupe de Coppet, Balzac… Plusieurs volumes n’y suffiraient pas ! Les quatorze contributions rassemblées ici font néanmoins chacune écho, ponctuellement, à un de ses sujets de recherche ; elles reflètent ainsi la grande diversité des problématiques auxquelles s’est intéressé Gérard Gengembre, en même temps qu’elles témoignent, pour plusieurs générations de collègues et d’étudiants qu’il a côtoyés ou qu’il a formés, en France et au-delà, de l’immense générosité qui est la sienne.

Ces mélanges s’ouvrent sur trois contributions très complémentaires ; celle de Jean Goldzink, « Le littéraire et l’historien », brosse énergiquement un panorama de la critique littéraire dans ses rapports avec l’historiographie mais aussi avec les institutions universitaire et scolaire. Il y développe un questionnement sur l’apport spécifique des compétences littéraires, questionnement qui l’a animé toute sa carrière d’enseignant – accomplie en bonne part à l’ENS de Fontenay Saint-Cloud aux côtés de Gérard Gengembre – comme de sa carrière de chercheur, Gérard Gengembre et lui se consacrant tous deux, ensemble, à l’œuvre de Mme de Staël[1].

Les deux articles suivants reviennent sur la carrière et les recherches de Gérard Gengembre, et en identifient plusieurs pôles. L’articulation de la littérature et de la politique[2], au prisme des écrits de Louis de Bonald, est explorée dans l’article de Flavien Bertran de Balanda, « Ne désespérons pas de l’Histoire. Gérard Gengembre ou la Contre-Révolution retrouvée ». Gérard Gengembre a en effet soutenu sous la direction de Madeleine Ambrière une thèse intitulée Bonald : les concepts et l’histoire, dans laquelle il a fait apparaître, en soulignant la position marginale de Bonald au sein du courant contre-révolutionnaire, la paradoxale modernité de cette pensée anti-moderne. En faisant dialoguer ses propres analyses des textes de Bonald avec les travaux de Gérard Gengembre, notamment La Contre-Révolution ou l’histoire désespérante (1989), F. Bertran de Balanda expose les complexités et les contradictions d’une œuvre entièrement pensée contre la société issue de la Révolution tout en actant implicitement l’impossibilité d’un retour à l’ordre ancien. Léonard Burnand revient quant à lui sur ce qu’il appelle le « grand écart aussi rare que vertigineux » de Gérard Gengembre « Entre Coppet et Sainte-Hélène ». Le consul Bonaparte se méfie de l’influence de G. de Staël, qu’il exile en 1803. Devenu empereur, il fait détruire son ouvrage De l’Allemagne, qui contient une critique implicite de sa politique. G. de Staël réplique avec Dix années d’exil, qui condamne violemment les agissements de Napoléon et la persécution dont elle fait l’objet. Faire le choix – un peu iconoclaste, aux yeux de leurs spécialistes respectifs – de ne pas choisir entre Mme de Staël et Napoléon, c’est-à-dire, comme le rappelle Léonard Burnand, entre deux « légendes » dont l’antagonisme est solidement établi par l’histoire et la mémoire, donne incontestablement à Gérard Gengembre une position singulière dans le champ. Il consacre plusieurs travaux à l’engagement politique de G. de Staël[3], sans négliger son influence considérable sur la littérature[4] ; dans le même temps, il fait la biographie de Napoléon[5], avec lequel la fille de Necker entre en lutte ouverte, vouant à chacun d’eux une admiration raisonnée[6].

 

Consacrées respectivement à Mme de Staël, à Nodier et à Senancour, les trois contributions suivantes s’intéressent, au tournant du XIXe siècle, à des œuvres que l’on pourrait qualifier de pré-romantiques[7], et qui sont toutes trois abordées dans des perspectives convergentes qui articulent sensibilité, expérience intime et spiritualité. Michelle Béguin examine les liens entre sentiment, choix religieux et liberté politique dans Corinne, roman cher à Gérard Gengembre[8]. Mi-italienne, mi-anglaise, Corinne est une poétesse de génie comme peut en produire la société italienne, perçue par G. de Staël comme favorable aux artistes et aux tempéraments d’exception ; mais elle est victime de la société victorienne puritaine, qui pour être libérale sur le plan politique, n’autorise pas pour autant les femmes à sortir du rang. Au-delà d’une projection autobiographique, l’héroïne staëlienne apparaît, comme le suggère le titre du roman,  comme une allégorie politique : elle incarne un avenir politique de l’Italie, qui se trouverait dans l’unité de la péninsule.

C’est également sous l’angle de la foi individuelle que Misaki Jittani se propose d’examiner la contre-révolution, à travers le cheminement du héros et narrateur anonyme des Proscrits de Charles Nodier. Le récit à la première personne apparaît comme une forme d’expression privilégiée de la subjectivité et de la sensibilité contre-révolutionnaires[9]; il permet de reconstituer une histoire à l’échelle des individus qui, au moment de la Révolution, se retrouvent du côté des perdants ; à l’opposé de la rhétorique rationaliste mise en avant par les Lumières, l’écriture romanesque s’éloigne de la thèse ou de la démonstration argumentée pour privilégier le registre du pathos[10]. L’ébranlement de la foi joue également un rôle dans le désir de solitude que questionne Senancour dans son roman Oberman, où l’on retrouve le motif romantique de la présence de Dieu au sein de la nature et une réflexion imprégnée de rousseauisme[11] : en effet, « C’est […] dans l’espace référentiel de la solitude rousseauiste que peut pour Senancour se construire à nouveaux frais la figure du solitaire.[12] » Dominique Giovachini examine ainsi les hésitations du héros entre la fuite, pour échapper à une société corrompue et aliénante, et le besoin qu’il éprouve d’être au contact des hommes. Si son désir de retraite s’accommode un moment d’une quête de soi qui se révèle positive, Oberman rêve plutôt d’une vie heureuse au sein d’une communauté choisie, et pense un moment l’avoir trouvée à Imenstròm.

La violence des questionnements politiques et intimes ouverts à la fois par la Révolution et par l’avènement de la modernité expliquent l’émergence, au sein de la fiction, de héros tourmentés en quête d’un nouveau rapport au monde qui passe parfois par un déplacement géographique : forcé[13] (émigration, exil, proscription) ou choisi (voyage)[14], fictionnel ou réel, celui-ci nourrit une écriture viatique volontiers pratiquée par les romantiques, pour qui le voyage fait écho à une perception artiste du monde. Dans son article sur la poétique du récit de voyage, Guy Barthèlemy, examine quant à lui l’aspect réflexif de ces textes où la thématique de l’ailleurs et du dépaysement n’exclut pas le discours politique. Si la posture de prophète qu’adopte Chateaubriand dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem fixe pour près d’un siècle les représentations du voyage en Orient, Théophile Gautier s’en éloigne pour leur préférer une écriture plus légère et pleine de verve ; ses variations humoristiques sur les motifs du voyage témoignent néanmoins de l’installation de ces derniers dans le paysage littéraire.

 

Le troisième ensemble de contributions s’articule autour de la thématique, à forte dominante balzacienne, du déchiffrement des signes[15] : d’abord des signes vestimentaires, comme le démontre Kyoko Murata dans son article sur « Les Chouans de Balzac : Révolution, mode, et ‘gender’ ». Blancs comme Bleus[16] se signalent en effet par des tenues immédiatement reconnaissables, dont chacune des composantes exprime leur positionnement politique et idéologique : du vêtement fruste du Chouan, qui l’aide à se fondre dans le paysage pour mener sa guérilla contre-révolutionnaire à l’élégance recherchée et presque agressive de l’Incroyable qui manifeste son refus de l’égalisation révolutionnaire, de la sensualité à l’antique de la Merveilleuse à l’uniforme républicain du Bleu qui fait de lui une cible dans l’Ouest royaliste, le costume signale une appartenance. Mais il trahit également un trouble dans la répartition traditionnelle des identités de genre, comme le suggère par exemple la concurrence des modèles de masculinité entre virilité affichée du « Gars » royaliste et raffinement du « muscadin »[17]. Il est également question de déchiffrement des signes, ou plutôt de maîtriser ceux qu’on laisse transparaître dans le monde, dans l’article de Christèle Couleau sur les « transfuges de classe » chez Balzac, Stendhal et Flaubert. En partant de la démarche de Chantal Jaquet[18], qui s’appuie sur des textes littéraires pour proposer une analyse la fois sociologique psychologique et philosophique, C. Couleau propose, à l’inverse, de vérifier la validité du concept de transfuge de classe en opérant un retour aux textes pour en déplier les différents niveaux de signification. Elle montre ainsi la prégnance du contexte sociohistorique sur les trajectoires individuelles de Lucien de Rubembré, Julien Sorel et Frédéric Moreau, tout en exposant la subtilité des nuances que permet la fiction dans la prise en compte de ces parcours singuliers. Le motif de l’ambition qui caractérise tant de jeunes héros du XIXe siècle[19] est ainsi réexaminé à travers les « détails » constitutifs de « l’image sociale[20] » qu’ils souhaitent renvoyer, et dont la maîtrise est un enjeu qui contribue à dramatiser le récit.

Des signes extérieurs, on passe aux signes textuels dans l’article de Brigitte Diaz qui interroge les usages de la lettre dans le roman balzacien. Commençant par montrer que le choix de l’épistolaire correspond à une forme de résistance au prosaïsme de la communication moderne, elle met en avant la dimension de jeu, au double sens du terme, qu’ouvre l’ambiguïté constitutive de ces textes qui résistent à la lecture, et comprennent comme elle l’écrit une part d’ « illisible ». Le romancier tire ainsi des effets dramatiques des ambiguïtés de l’énonciation, en jouant sur les malentendus et les manipulations auxquels se prête ce type de texte, dont le déchiffrement par les personnages et par le lecteur mobilise une véritable sémiotique indiciaire.

Le quatrième et dernier ensemble de contributions examine les différentes manières dont l’écriture de l’histoire passée et contemporaine s’articule à un renouvellement esthétique et générique – avec le roman historique ; la manière dont elle s’inscrit dans les transformations du paysage médiatique – avec l’émergence, à partir de 1836, d’une presse qui vise le grand public ; la manière enfin dont elle exprime un engagement politique[21].

Avec deux articles consacrés à l’œuvre narrative d’Alexandre Dumas, Julie Anselmini et Isabelle Safa explorent sa représentation romantique de l’histoire et les enjeux idéologiques qui la sous-tendent. Revenant sur les débuts de Dumas dans les genres narratifs après ses premiers succès de dramaturge, Julie Anselmini montre avec à travers l’exemple des Borgia – récit qui appartient à la série des Crimes célèbres – comment le choix d’une écriture dramatisée de l’histoire prépare les premiers romans historiques de Dumas. Elle en souligne également la charge critique en rappelant le lien entre l’engagement républicain et l’anticléricalisme de l’écrivain, et sa dénonciation des vices et des crimes de la puissante famille qui règne sur Rome à la fin du XVe siècle. Isabelle Safa examine la manière dont l’intertextualité biblique participe de la caractérisation des personnages féminins dans le roman historique dumasien, et montre qu’elle informe également une lecture providentialiste de l’Histoire : le caractère exceptionnel et transgressif de ces héroïnes est en effet justifié par leur contribution, consciente ou non[22], au progrès historique.

Le positionnement par rapport à l’histoire est déterminant pour l’ensemble de la « génération[23] » romantique, à laquelle Marie d’Agoult appartient également. Samantha Caretti examine ainsi le cheminement réflexif qui, au lendemain des révolutions de 1848, conduit Marie d’Agoult à s’intéresser à l’écriture de l’histoire et infléchit ses pratiques d’écriture, du journalisme vers l’écriture des mémoires. 1848 est également un tournant pour la presse, qui voit fleurir de très nombreux journaux politiques dans le sillage de la révolution de février et de la levée consécutive (mais temporaire) de la censure. Sarah Mombert revient quant à elle sur la relation entre Dumas et Nerval au prisme de leurs pratiques journalistiques sous le Second Empire, dans un contexte particulier où le musellement des oppositions politiques pèse sur les journaux, tout en permettant paradoxalement l’émergence d’une presse plus exclusivement littéraire[24]. Dumas n’en oublie pas son républicanisme pour autant, qui fait dans ses colonnes de l’opposition de biais à Napoléon III.

La très grande richesse thématique de ces articles témoigne de la curiosité sans bornes de Gérard Gengembre, des échanges fructueux qu’il a nourris avec ses collègues, ainsi que de l’accompagnement bienveillant qu’il a su prodiguer – et qu’il continue de dispenser généreusement – à chacun d’entre ses étudiants, même après le temps des études. Nous lui sommes tous infiniment reconnaissants, qui de lui avoir montré le chemin, qui de l’y avoir accompagné, et de nous inspirer encore.

 

[1] G. Gengembre et J. Goldzink, Madame de Staël, la femme qui osait penser, Garnier, 2017 ; voir également leur édition de Madame de Staël, De la littérature, GF, 1999.

[2] Voir notamment G. Gengembre et J-Y. Pranchère (éd.), Louis de Bonald, Écrits sur la littérature, Garnier, 2010.

[3] Voir par exemple G. Gengembre, « Corinne, roman politique », in Simone Balayé (dir.), L’éclat et le silence : Corinne ou l’Italie de Madame de Staël, Paris, H. Champion, 1999, p. 81-108.

[4] G. Gengembre et J. Goldzink, « Introduction » à Madame de Staël, De la littérature, Paris, GF Flammarion, 1991.

[5] G. Gengembre, Napoléon, l’Empereur immortel, Éditions du Chêne, 2002.

[6] On peut évoquer sur ce point les travaux de Stéphanie Genand en faveur d’une approche « dépassionnée » de la relation entre G. de Staël et Napoléon : S. Genand, « Les vertus de l’abdication : dépassionner la relation entre Germaine de Staël et Napoléon », Napoléonica la revue, 2017/3, n°30, p. 3-18.

[7] Outre le colloque de Paul Viallaneix sur « Le Préromantisme – Hypothèse ou hypothèque ? » en 1975, voir notamment Sébastien Baudoin, Le Préromantisme. Une esthétique du décalage, études réunies par Éric Francalanza, Eurédit, 2006 et José-Luis Diaz, « L’individuation du style entre Lumières et romantisme »,   Romantisme, 2010/2, n°148, p. 45-62.

[8] G. Gengembre, « Corinne, roman politique », in Simone Balayé (dir.), L’éclat et le silence : Corinne ou l’Italie de Madame de Staël, Paris, H. Champion, 1999, p. 81-108 ; « L’enthousiasme dans Corinne ou l’Italie », in Christine Planté, Christine Pouzoulet et Alain Vaillant (dir.), Une mélodie intellectuelle Corinne ou l’Italie de Germaine de Staël, Presses Universitaires de Montpellier,    

[9] On pense par exemple au roman épistolaire L’Émigré, de Sénac de Meilhan (1795), ou à L’Homme sans nom de Pierre-Simon Ballanche (1820).

[10] G. Gengembre, « Le roman contre-révolutionnaire de Balzac à Anatole France : quelques remarques sur la mise en fiction de la Terreur », Raison publique, 25 mai 2022, https://raison-publique.fr/2796/

[11] Voir Yvon Le Scanff, Senancour. Penser nature, Classiques Garnier, 2022.

[12] Voir Patrick Marot, « Senancour : de la figure du solitaire à l’écriture du solitaire », in Dominique Rabaté (dir.) L’Invention du solitaire,  Presses universitaires de Bordeaux, 2003.

[13] Voir Stéphanie Genand (éd.), Romans de l’émigration (1797-1803), H. Champion, 2008.

[14] Voir entre autres Jean-Claude Berchet (dir.), Le voyage en Orient au XIXe siècle, Anthologie, « Bouquins », R. Laffont, 1992 ; Sarga Moussa, « Le récit de voyage : genre pluridisciplinaire », Sociétés et Représentations, 2006/1 n°21.

[15] Encore une thématique chère à G. Gengembre : G. Gengembre, « La police dans La Comédie humaine ou l’envers du politique contemporain », in Christian Pirot (dir.), Balzac et le politique, 2007.

[16] G. Gengembre, Balzac et la Révolution française, in RHLF, no 1, 1999, p. 140-141 ; et G. Gengembre, « Blancs contre Bleus. Dumas et Balzac romanciers de la guerre civile », in Julie Anselmini, Marine Le Bail et Lauren Bentolia-Fanon (dir.), Le colosse et le titan : Balzac et Dumas en face-à-face, à paraître.

[17] Voir Guillaume Mazeau et Clyde Plumauzille, « Penser avec le genre : Trouble dans la citoyenneté révolutionnaire », in Cahiers d’Histoire de la Révolution française, « Citoyenneté, république, démocratie dans la France de la Révolution »,  9/2015, https://doi-org.ressources-electroniques.univ-lille.fr/10.4000/lrf.1458 ; Anne Verjus, La citoyenneté politique au prisme du genre. Droits et représentation des individus entre famille et classe de sexe (XVIIIe-XXIe siècles), Habilitation à diriger des recherches, Ecole Normale Supérieure de Paris, Paris, 2014.

[18] Chantal Jaquet, Les Transclasses ou la non-reproduction, Paris, PUF, 2014. Pour une approche de Balzac par les sciences sociales, voir également Andréa Del Lungo & Pierre Glaudes (dir.), Balzac, l’invention de la sociologie, Classiques Garnier, 2019, notamment les contributions de J-D Ebguy et d’A. Novak-Lechevallier.

[19] Grégoire Tavernier, « Jeunesse et ambition sociale dans quelques romans du premier XIXe siècle », actes du colloque Raisons d’agir : les passions et les intérêts dans le roman français du XIXe siècle, textes réunis par Boris Lyon-Caen, mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne sur Fabula.org, 2020, https://www.fabula.org/colloques/document6711.php

[20] Christèle Couleau, « Julien, Lucien, Frédéric et les autres – amphibies sociaux et transfuges de classe », dans ces Mélanges, https://comitexix.hypotheses.org/4476

[21] G. Gengembre, Le roman historique, Klincksieck, 2006 ; J. Anselmini, « Fiction biographique moderne et roman historique romantique : La San Felice d’Alexandre Dumas », in A.-M. Monluçon et A. Salha (dir.), Fictions biographiques XIXe-XXIe siècles, Presses universitaires du Mirail, « Cribles », 2007, p. 93-103 ; Isabelle Safa, « L’héritage de Walter Scott dans le roman historique français du XIXe siècle », in Le Temps des Médias. Revue d’histoire, Nouveau monde éditions, n°37 hiver 2021.

 

[22] Dès son essai historiographique Gaule et France, Dumas expose cette vision providentialiste et dialectique de l’histoire : « Trois hommes, selon nous, ont été choisis de toute éternité dans la pensée de Dieu, pour accomplir l’œuvre de la régénération : César, Karl-le-Grand, et Napoléon.

César prépare le christianisme.

Karl-le-Grand la civilisation.

Napoléon la liberté. » A. Dumas, Gaule et France, « Épilogue », éd. J. Anselmini, Classiques Garnier, 2015 [1833], p. 239.

[23] Sur la notion de « génération », voir notamment José-Luis Diaz, « « Nous tous, enfants perdus de cet âge critique » : la ‘génération de 1830’ par elle-même et « Génération Musset ? »,  Romantisme, 2010/1 (n° 147), p. 3-12 et 13-28.

[24] Sarah Mombert, « Le journalisme en casaque. Alexandre Dumas, le mousquetaire de la petite presse du second Empire », in M. Lettourneux et I. Safa (dir.), « Mousquetaires ! », Cahier Dumas n°43, 2016, p. 57-69 ; S. Mombert et C. Saminadayar Perrin (dir.), Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas, Presses Universitaires de France-Comté, 2019.



Citer ce billet
Isabelle Safa (2023, 27 juin). Avant-Propos. CL 19. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n1md

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search