Lancement du livre Hugo par Michel Butor (compte rendu de Yannick Balant)

unnamed

Présentation du livre Victor Hugo par Michel Butor. Maison de Victor Hugo, 23. 02. 2016, par Yannick Balant

Ainsi que l’a précisé en préambule Christian Audinet, conservateur de la Maison de Victor Hugo, c’est « un habitué de la maison » qui a été accueilli en la personne de Michel Butor, afin de présenter le livre donné chez Buchet-Chastel, Victor Hugo par Michel Butor. La maison d’édition a en effet décidé de ressusciter l’une de ses anciennes collections, « Pages immortelles », renommée pour l’occasion, et en hommage à son fondateur, « Les auteurs de ma vie ». Les éditrices responsables de la série ont d’abord annoncé diverses rééditions attendues – notamment, un Virgile par Giono, un Descartes par Valéry, un Montaigne par Gide, ou encore un Marx par Trotsky – alternant avec des ouvrages inédits, comme un La Fontaine par Jacques Réda, un Claudel par Olivier Py, et cette anthologie de Victor Hugo composée par Michel Butor.

C’est dans le fameux salon tapissé de damas rouge que l’assistance, nombreuse, a pu voir entrer l’écrivain, dont la barbe et l’habit faisait curieusement écho aux images du vieil Hugo. La présentation de l’anthologie s’est naturellement faite par la lecture de sa préface, « l’écriture poulpe », dans laquelle il s’agit de se moquer de ceux qui ont pu railler Hugo, et en particulier de ceux qui s’indignaient des excès de ce titan qui « en fait trop ». Michel Butor a lu ensuite Les Djinns, et le début du Promontoire du songe.

De l’aveu même de son compilateur, les contraintes de format portant sur la collection ont conduit à ne pas aborder certains aspects : le Hugo tribun, le Hugo « journaliste » n’ont pas pu être représentés dans cette anthologie. Sans doute le long compagnonnage d’un auteur et de ses nombreux textes amène aussi à faire d’inévitables choix, qui manifestent toutefois une volonté particulière de renouveler la vision de l’œuvre: la présence d’extraits peu cités, voire tirés des reliquats, ou encore la constitution d’un cahier présentant plusieurs dessins sont ainsi la marque d’une invitation à la lecture du massif hugolien, comme le souligne Michel Butor lui-même.


Vous aimerez aussi...