Maison de Victor Hugo, octobre 2015 : Les dormantes par  Didier Tallagrand

tallagrand1

Source : Maison de Victor Hugo

Didier  Tallagrand  nous  propose  sa  lecture  de la  Maison  de  Victor  Hugo  au  travers  d’un parcours.  Il  a  réalisé  18  œuvres  spécifiques qui  vont  s’intégrer  dans  chaque  pièce  de l’appartement de Victor Hugo. Les  dormantes…  Est  dormant  ce  qui  est  en sommeil  ou  métaphoriquement  dont  les apparences  tranquilles  ne  reflètent  pas  l’attitude profonde.  Ce  sont  des  choses  de  nature  à  se mouvoir,  et  qui  cependant  restent  arrêtées  ou fixées en quelques endroits.

Dans  la  maison  de  Victor  Hugo  ce  sont  des images  fixes  posées  aux  bas  des  murs.  Les cadres  sont  isolés  du  sol  par  des  cales  de  bois  et appuyés  à  la  paroi,  comme  en  attente  d’être  accrochés.  Certaines  images  vont  par  deux  comme  des images  stéréoscopiques,  propres  à  produire  un  relief.  De  formats  moyens,  ce  sont  des  images  planes encadrées,  ou  parfois  des  images  lumineuses,  éclairées.  Ces  images  commencent  à  ponctuer  l’espace,  à construire  un  récit,  dès  les  paliers  de  la  cage  d’escaliers,  puis  elles  se  déploient  au  fil  des  salles  de l’appartement. Didier Tallagrand Dans  ce  récit  du  lieu,  l’espace  du  musée  devient  central  comme  espace  reconstitué,  les  images  sont  donc issues  de  lieux,  de  milieux,  de  monuments,  de  scènes…  de  reconstitutions.  Parfois  des  détails  de l’appartement  apparaissent  aussi.  Ces  images  retissent  un  intermède  entre  réalité  et  documentaire.  Leurs caractères  « dormants »  pointe  des  écarts  sur  la  reconstitution  d’une  réalité  et  tentent  d’inventer  une  relation multiple  avec  le  contexte,  l’expérience  du  lieu  et  une  vision  poétique,  lyrique,  romantique  qui  l’anime  dans le  sens  hugolien,  comme  un  soubassement  subjectif  ouvert  à  l’interprétation  du  spectateur,  du  visiteur  du musée. Par  ailleurs,  une  vidéo  sera  mise  en  ligne  sur  le  site  web  du  musée.  Récit  contemplatif  d’une  jeune  femme   toujours  de  dos,  avec  en  fond  de  paysage  des  ruines  de  châteaux  féodaux  dans  la  lumière  du  crépuscule. Ces  vues  presque  en  attente  nouent  des  liens  avec  une  certaine  peinture  romantique  et  convoquent  le motif  de  Léopoldine  Hugo,  ici  réinterprétée  par  la  propre  fille  de  l’artiste  comme  une  mise  en  abîme  d’une histoire reconstituée.

MAISON DE VICTOR  HUGO : 6, place  des  Vosges 75004, Paris. Tél  01  42  72  10  16 ; Fax  01  71  28  14  99

Ouvert  de  10h  à  18h  tous  les  jours sauf  les  lundis  et les jours  fériés.

DIRECTION Gérard  Audinet

COMMUNICATION et presse : Florence  Claval, 01  71  28  14 85, Florence.claval@paris.fr


Vous aimerez aussi...