Exposition Rouault/Moreau, 27 janvier-25 avril 2016

D’après le dossier de presse de l’exposition

Concevoir une exposition Gustave Moreau – Georges Rouault, c’est s’attaquer
à un sujet mythique. Georges Rouault fut, en effet, doublement lié à Gustave Moreau
de par son statut d’élève à l’Ecole des beaux-arts alors que Moreau, « son cher
patron », y était professeur et par son statut de conservateur du musée de 1902 à
1932. Le lien entre les deux artistes dépasse largement celui de maître à élève,
comme le montre la correspondance et les oeuvres de Georges Rouault. L’influence
de celui qu’il désigne comme un « bienfaisant émule » se prolonge bien au-delà du
décès de Moreau. La relation quasi filiale entre les deux hommes amena Moreau à
lui confier, tel à un fils spirituel : « Je vous considère comme représentant ma
doctrine picturale. »
Cette exposition, longtemps évoquée, jamais réalisée jusqu’ici, a pris forme
tout d’abord en 2013 au Japon. L’étape au musée Gustave Moreau, qui fut la maison
familiale de l’artiste est essentielle pour restituer au mieux ce qui tient de l’immatériel
: une communion d’âmes et un dialogue artistique. Le musée fut également la
demeure de Rouault. Il s’y installa avec son épouse à partir de 1908 et leur fille
Geneviève y naquit en 1909 ! Léon Bloy et André Suarès rapportent y avoir vu
L’Enfant Jésus parmi les docteurs (Colmar, musée Unterlinden).

Dans cette exposition-ci, il ne s’est point agi pour nous de montrer l’influence
de l’un sur l’autre mais plutôt comment, à travers quelques thème communs, comme
la femme, le paysage, la peinture religieuse et enfin la matière même de l’oeuvre,
Georges Rouault a pu se rapprocher de son maître ou au contraire, faire sécession.
Au vu de l’exiguité des lieux, le choix des oeuvres a été nécessairement drastique ;
elles permettent toutefois de montrer chez Rouault ce passage de l’ombre à la
lumière, depuis les premières oeuvres rembranesques jusqu’au solaire Nocturne
Chrétien (Paris, musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou) réalisé
en 1952.

Marie-Cécile FOREST
Conservateur général du Patrimoine

ROUAULT MOREAU Dossier de presse


Vous aimerez aussi...