« Du bon usage des manuels scolaires de Philothée O’Neddy à Klaus Barbie ou Comment on devient bibliophile », par M. Jean-Luc Faivre

DU BON USAGE DES MANUELS SCOLAIRES :

DE

PHILOTHÉE O’NEDDY À KLAUS BARBIE

OU

COMMENT ON DEVIENT BIBLIOPHILE *

 

À Madame Nicole GOMPEL, ce

                                                                                                              respectueux hommage, en souvenir

                                               de l’émouvante et lumineuse journée

                                               du 29 septembre 2014.

 

         Comme je l’ai maintes fois vérifié – en tant qu’élève ou enseignant – il est de bon ton, chez certains professeurs de Lettres, d’Histoire ou de Philosophie de tenir un discours convenu et de se complaire à rabâcher un poncif éculé : sous prétexte qu’ils seraient schématiques, simplificateurs et de surcroît idéologiquement orientés, dire pis que pendre des manuels scolaires en usage dans les classes de l’Enseignement secondaire, quitte, parfois, à vouer leurs auteurs eux-mêmes aux gémonies.

 

Or, pour ma part, fondé sur l’expérience – celle de l’étudiant comme celle du professeur – j’ai en la matière un avis radicalement opposé à celui de la plupart de mes collègues. Certes, les manuels – nécessités pédagogiques obligent – contraints de résumer une réalité complexe et foisonnante ne peuvent restituer par le menu la profusion confuse des événements ni toutes les subtilités qui nuancent l’histoire de la pensée, mais, précieux adjuvants du cours, ils ont l’éminent mérite d’offrir aux jeunes esprits avides de connaissances un panorama général des problématiques les plus ardues en s’efforçant d’en proposer une esquisse claire, une première approche épurée susceptibles d’éveiller les curiosités et de générer ainsi des recherches personnelles complémentaires plus poussées.

 

En marge des passionnantes et fructueuses leçons de mes maîtres, ces merveilleux et inlassables éveilleurs d’âme, j’ai eu la chance et le bonheur, au cours de ma scolarité, d’avoir à ma disposition d’excellents manuels de littérature française ; grâce à eux, j’ai découvert nos plus célèbres auteurs et étudié les courants majeurs de l’histoire de nos Lettres, viatique au demeurant indispensable, en 1958, pour se présenter à la première partie du baccalauréat avec quelque espoir de succès… En annexe des grands chapitres qui les composaient, ces ouvrages fourmillaient aussi d’informations complémentaires : au détour d’une note en bas de page, d’une rubrique isolée ou d’un paragraphe apparemment anodin – notre attention paradoxalement éveillée par la portion congrue qui leur était réservée – nous avions l’heureuse surprise de découvrir un événement artistique, un courant esthétique, un poète ou un romancier auxquels notre professeur, prisonnier des impératifs du programme officiel et pressé par le temps, n’avait jamais eu le loisir de faire la moindre allusion. Alors commençait parfois pour nous, alléchés par le prestige de l’inconnu, une quête fébrile d’investigations complémentaires que nous ne pouvions, à la faveur de nos congés, mener, en l’absence d’Internet, qu’à la Bibliothèque municipale…

 

Voici, parmi d’autres, l’une de mes expériences en la matière. J’étais alors élève en classe de Première au Lycée de Reims ; parmi un certain nombre d’ouvrages, outre le fameux Lagarde et Michard, il nous avait été fortement recommandé de lire, plume en main, les six volumes du Manuel des Études littéraires françaises de Pierre-Georges Castex et Paul Surer 1; aucun programme précis n’était alors établi officiellement ; les sujets que nous devions traiter, tant à l’oral qu’à l’écrit, pouvaient porter sur n’importe quel auteur ou n’importe quel texte ; si nous voulions franchir les épreuves de l’examen avec succès, il fallait donc, nos manuels aidant, que nous prissions connaissance, fût-ce sommairement, de l’ensemble de l’histoire littéraire française… une tâche titanesque qui se soldait en fait, la plupart du temps, par un superficiel et fastidieux bachotage.

 

Toutefois – je l’ai rappelé tout à l’heure – un miracle, soudain, pouvait survenir : découvrir de temps à autre, au cours d’une lecture aride et rebutante de nos manuels, une précieuse pépite dont l’éclat vivifiant nous fascinait d’autant plus qu’il était inattendu… C’est ainsi que j’ai rencontré pour la première fois, grâce à Pierre-Georges Castex et Paul Surer, Pétrus Borel et Philothée O’Neddy2, qui, depuis lors – j’avais dix-sept ans – n’ont pas cessé de retenir mon attention et de hanter à jamais mon imaginaire au point de les relire sans cesse, de leur consacrer la plupart de mes loisirs et, depuis toujours en quête opiniâtre de leurs œuvres originales, devenir, grâce à eux, un heureux et fervent bibliophile.

 

Outre tous les ouvrages majeurs du « Lycanthrope » acquis peu à peu au fil des ans, ma collection rassemble quelques publications fort recherchées de certains autres « Petits Romantiques ; cependant le noyau de ma bibliothèque « frénétique » est surtout constitué par les œuvres de Philothée O’Neddy (1811-1875) et par toutes sortes de documents le concernant ; je détiens ainsi quatre exemplaires originaux de Feu et flamme (1833), mais seuls deux d’entre eux méritent de faire partie d’un Cabinet de curiosités et de rejoindre la rubrique savamment supervisée par L’Œil du collectionneur. Le premier exemplaire – broché et en parfaite condition – enrichi du frontispice encore immaculé de Célestin Nanteuil, est « truffé » d’une lettre-dédicace inédite de Philothée O’Neddy adressée le 21 janvier 1835 à Alix Desgranges (1793-1854), professeur de langue turque au Collège de France ; l’épître autographe du poète qui accompagne l’envoi de son recueil à ce savant orientaliste est particulièrement émouvante : flatté d’un billet – il est vrai admirable – que Chateaubriand lui avait adressé à la suite de la publication de Feu et flamme, O’Neddy, ravi d’avoir retenu l’attention de l’ « Enchanteur », tel un trophée, le retranscrit soigneusement in extenso à l‘intention de son correspondant en conclusion de la lettre qu’il lui destine ! Modèle du genre, chef d’œuvre de l’art épistolaire, je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici, à mon tour, les lignes que René, vieillissant et repenti, adresse au jeune O’Neddy, manifestement fasciné par l’élégance et la maîtrise stylistiques de son grand aîné :

Je voudrais, monsieur, n’avoir lu que votre lettre, bien que vous m’y donniez des éloges que je ne crois nullement mérités ; elle est pleine d’esprit, de noblesse, et de verve ; mais, monsieur, j’ai le malheur et la faiblesse d’être chrétien ; je ne suis point frappé de la grandeur de cette Babel que vous célébrez. J’ai dit la vérité à la puissance ; j’ose la dire au talent en m’adressant à vous. Ne profanez point les dons que vous avez reçus de la nature ; conservez votre génie ardent et passionné sans en altérer les accents ; il en sera plus original quand il voudra moins l’être. Laissez le jargon gaulois à ceux qui sont obligés de cacher leur pauvreté sous les vieilles casaques de nos pères : ce déguisement pourrait empêcher la gloire de vous reconnaître.

Recevez, monsieur, à la fois mes excuses et mes remercîments les plus sincères. Pardonnez-moi,            je vous prie, ma religion, mes cheveux gris et ma franchise. Celle-ci est de la Bretagne, ma patrie ; les autres sont du temps. René a pris des années, et il prêche ses enfants.

Paris, 12 novembre 1833 3

 

 

Le second exemplaire de Feu et flamme que je détiens depuis 2011 – précieux à mes yeux comme une relique, élégamment protégé par une fine reliure de Noulhac4 – appartenait avant la guerre 39-40, comme l’indique l’ex-libris, à Marcel Gompel (1883-1944), professeur, lui aussi (étrange coïncidence !) au Collège de France. Sauvagement torturé à Lyon par les sbires du sinistre Klaus Barbie, Marcel Gompel est mort, le 3 février 1944, au fort de Montluc dans les bras du fameux journaliste André Frossard ; il était, dans l’esprit perverti des nazis, deux fois coupable : coupable d’être Résistant et coupable d’être né juif ; sa superbe bibliothèque romantique a été volée par les Allemands ; le livre que je conserve pieusement aujourd’hui est un rescapé dont j’ignore à la suite de quelles pérégrinations il s’est retrouvé sur le marché de la librairie ancienne. Quoiqu’il en soit, je suis d’autant plus ému de posséder cet ouvrage exceptionnel que mon père, André Faivre (1902-1969), fut lui-même Résistant et déporté politique au camp de concentration de Neuengamme entre juillet 1944 et mai 1945. Après quelques recherches et l’appui efficace de Maître Christian Charrière-Bournazel, avocat qui représentait en 1987 la famille de Marcel Gompel au procès Barbie, j’ai eu le 29 septembre 2014, un jour mémorable entre tous, le grand bonheur de retrouver la fille de Marcel Gompel, âgée de plus de 90 ans, mais plus jeune de cœur et d’esprit que bien des vieillards de vingt ans… Cette adorable personne, une grande dame, cultivée, raffinée, curieuse de toutes choses, toujours en éveil, attentive au monde qui l’entoure m’a reçu chez elle dans un charmant village du Vaucluse comme un membre de sa propre famille ; on imagine l’émotion qui l’a étreinte quand elle a eu en mains ce Feu et flamme, ce miraculé des enfers nazis que la main de son père, jadis, avait elle-même maintes fois amoureusement effleuré…

 

Jean-Luc Faivre

Reims, mars 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

NOTES

 

 

[1] Les ouvrages en question, dont les premières éditions parurent chez Hachette entre 1947 et 1954, brossaient, du Moyen Âge au XXe siècle, un vaste panorama de la littérature française ; l’ensemble de la collection totalise plus de 900 pages. Pierre-Georges Castex (1915-1995), Professeur de littérature moderne à la Sorbonne de 1956 à 1982, est connu pour de très nombreux travaux, en particulier l’ouvrage qu’il a consacré en 1951 (José Corti, éditeur) au Conte fantastique en France de Nodier à Maupassant ; on lui doit aussi un travail d’édition important concernant Villiers de L’Isle-Adam, Stendhal et surtout Balzac. J’ai eu la chance, entre 1962 et 1964, de suivre, en Sorbonne, les cours de ce maître éminent ; je possède dans ma bibliothèque quelques ouvrages qui portent son ex-libris. Paul Surer (1905- ?), agrégé des lettres en 1934 fut Assistant puis Maître Assistant à la Sorbonne ; outre sa collaboration au Manuel des études littéraires françaises, on lui doit : Cinquante ans de théâtre, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1969, 429 p.

 

2 À ma connaissance, c’est la première fois qu’un manuel scolaire consacre une rubrique à Pétrus Borel et Philothée O’Neddy ; sous l’intitulé «Les Frénétiques », une demi-page les présente au lecteur en insistant essentiellement sur l’esprit de révolte qui les anime (cf. P.-G. Castex et P. Surer, Manuel des études littéraires françaises, Tome V, XIXe siècle, Paris, Hachette, © 1950, p. 143 de l’édition du 2ème trimestre de 1958). Pierre-Georges Castex s’intéressait depuis longtemps déjà aux poètes et écrivains dits « mineurs » du Romantisme ; il avait, par exemple, collaboré, dès 1949, au numéro spécial de la revue des Cahiers du Sud dédié aux Petits Romantiques français (Marseille, sous la direction de Francis Dumont, 1949).

 

3 Cette lettre de Chateaubriand a été publiée par Alphonse Parran (1826-1903) dans le Tome VIII (année 1876) des Mémoires et comptes rendus de la Société scientifique et littéraire d’Alais, p.58 ; on en trouve un fac-similé dans l’ouvrage suivant : Maurice Escoffier, le Mouvement romantique (1788-1850), Paris, Maison du Bibliophile, 1934, pp. 229-231 ; Marcel Hervier la retranscrit aussi dans son édition de Feu et flamme (Paris, Editions des Presses françaises / Société d’édition « Les Belles Lettres », 1926, p. XXXIII).

 

4 Henri Noulhac (1866-1931) ; né à Châteauroux, il s’installe à Paris en 1894 ; avec Gruel, Marius Michel, Allô, Stroobants, etc., il compte parmi les plus grands relieurs de son temps.

 

 

 

 

ILLUSTRATIONS

620466077c427f141effa294382f5fba_S

Première page de couverture du fascicule V du « Castex et Surer » consacré au XIXe Siècle.

JLF2

Titre du fascicule V du « Castex et Surer » consacré au XIXe Siècle

jlf3

Page du « Castex et Surer » consacrée à la présentation des Frénétiques

Pétrus Borel et Philothée O’Neddy.

jlf4_

Ex-libris de Marcel Gompel figurant sur l’exemplaire de Feu et flamme qui lui appartenait.

jlf

Exemplaire de Feu et flamme ayant appartenu à Marcel Gompel.

jlf5

jlf6

Lettre de Chateaubriand recopiée par O’Neddy à l’intention d’Alix Desgranges.

 


Vous aimerez aussi...