La maison ouvrière parisienne (1860-1914), Archives de Paris, jeudi 1er décembre

Jeudi 1er décembre à 17h

La maison ouvrière parisienne (1860-1914) 

Conférence par Alain FAURE

La maison habitée représente un aspect essentiel des conditions matérielles d’existence. La forme du bâti et l’équipement conditionnent, en partie, les modes de vie. Par l’étude morphologique des quartiers du centre, sujets aux vastes destructions sous et après Haussmann, et du Paris annexé en 1860, Alain Faure réfute certaines idées reçues, comme celle de l’étagement social (les riches en bas, les pauvres en haut) dans les vieilles maisons du centre, ou encore celle des hautes maisons (les « casernes ») dans lesquelles auraient vécu les pauvres dans la périphérie parisienne.

Il envisage successivement  l’habitat ordinaire dans les faubourgs pauvres avec des exemples pris dans le 13e arrondissement, puis la maison petite-bourgeoise pour les mieux lotis et enfin,  pour les plus pauvres, l’habitat précaire ou l’auto-construction.

 

Actuellement chercheur associé à l’IDHES à l’Université Paris Ouest Nanterre – La Défense, Alain Faure a mené des travaux sur le mouvement  ouvrier et l’histoire sociale de l’espace  urbain.

 

Angle de la rue des Moulins et la rue des Moineaux, gravure d’Adolphe Théodore Jules Martial Potémont, in « La Butte des moulins », Bertrand Moura, 1877.


Vous aimerez aussi...